Passer au contenu principal

FranceZemmour sous enquête pour ses propos sur l'islam

Le parquet de Paris ouvre une enquête pour «injures publiques» et «provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence», après des propos du polémiste Eric Zemmour.

Eric Zemmour samedi 28 septembre 2019 lors de la Convention de la droite

Le polémiste Eric Zemmour a prononcé un discours considéré comme problématique et diffusé en direct par la chaîne d'informations LCI, au cours de la «Convention de la droite» organisée à Paris par l'ancienne députée d'extrême droite Marion Maréchal et ses proches.

Dans ce discours, prononcé lors de la «Convention de la droite», Eric Zemmour s'en était pris samedi, entre autres, aux immigrés «colonisateurs» et à «l'islamisation de la rue».

L'enquête a été ouverte pour «injures publiques en raison de l'origine ou de l'appartenance ou de la non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée» et «provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence, à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée». Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Avec Marion Maréchal-Le Pen

L'ancienne députée française d'extrême droite Marion Maréchal a annoncé ce mardi qu'elle n'avait «pas l'intention d'être candidate à la présidentielle de 2022», après cette réunion samedi organisée par ses proches qui a nourri les spéculations sur son éventuel retour en politique.

Petite-fille de Jean-Marie Le Pen, fondateur du parti d'extrême droite Front National (devenu Rassemblement National, RN), Marion Maréchal, officiellement retraitée de la politique à l'âge de 29 ans, mais qui ne manque jamais de la commenter, a souhaité apporter «une clarification».

«Je me suis associée à une démarche qui me paraît nécessaire: réfléchir, dialoguer, casser les digues partisanes. Pour autant, je n'ai pas l'intention d'être candidate à la présidentielle de 2022», a écrit sur Twitter la nièce de Marine Le Pen, présidente du RN, qui a été agacée par les dernières initiatives de Marion Maréchal.

Marine Le Pen, qui avait déjà jugé que Marion Maréchal, qui a toujours sa carte au RN, était «un peu jeune» pour représenter le parti en 2022, avait demandé aux cadres de son parti de ne pas participer à la réunion de samedi.

Marion Maréchal, qui a renoncé à l'exercice d'un mandat pour diriger une école de sciences politiques à Lyon (à 160 km de Genève) depuis l'échec de sa tante au second tour de la présidentielle de 2017, considère que l'effondrement du parti de droite Les Républicains aux élections européennes (8,5% des voix) est «une opportunité» pour «ancrer dans un avenir commun» droite et extrême droite.

La réunion avait été conclue par la commentatrice politique conservatrice Candace Owens, grand soutien du président américain Donald Trump.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.