May à Bruxelles mardi pour rencontrer Juncker et Tusk

Brexit La Première ministre britannique doit s'entretenir avec les responsables européens, après que le vote sur l'accord a été reporté au dernier moment la veille.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Theresa May devait venir à Bruxelles mardi après-midi pour rencontrer les responsables européens Jean-Claude Juncker et Donald Tusk. La Première ministre britannique mène des consultations pour tenter d'obtenir des assurances supplémentaires sur l'accord de Brexit.

«Pas envisageable de renégocier»

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne a annoncé sa rencontre avec Mme May devant le parlement européen à Strasbourg. La dirigeante s'entretiendra également avec le président du Conseil européen, Donald Tusk, avant le sommet des 13-14 décembre, à 17h00 selon ses services.

«Je suis étonné parce que nous nous étions mis d'accord le 25 novembre avec le gouvernement britannique. Toujours est-il qu'il semble y avoir des problèmes de fin de piste. Je verrai Mme May ce soir», a déclaré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen, lors d'un discours en prélude du sommet européen.

Le responsable européen a répété que l'accord de divorce ne serait pas renégocié et qu'il était «le meilleur possible». «Il n'est pas envisageable de renégocier quoi que ce soit», a-t-il martelé.

Mme May a annoncé lundi le report du vote sur l'accord: elle fait face à l'hostilité des députés de la Chambre des Communes qui, dans l'opposition comme dans la majorité, réclament que le texte soit retravaillé, notamment la disposition très controversée du filet de sécurité, ou «backstop». Celui-ci prévoit un traitement spécifique pour la province d'Irlande du Nord afin d'éviter le retour d'une frontière physique avec la République d'Irlande.

«Si marge il y a, il y a une marge pour apporter quelques précisions, quelques questions d'interprétation», a sur ce point déclaré M. Juncker.

«Le problème est le backstop: nous devons tout faire pour ne pas nous retrouver dans une situation où il n'y aurait pas d'accord mais nous devons nous y préparer néanmoins, c'est essentiel pour l'Irlande. L'Irlande ne sera pas laissée de côté», a-t-il ajouté.

Vote «avant le 21 janvier»

Le «backstop» (filet de sécurité) est une solution de dernier recours qui ne serait appliquée qu'en cas d'absence d'accord entre Londres et Bruxelles lors des négociations après le divorce du 29 mars 2019.

Avant de venir à Bruxelles, Mme May devait s'entretenir avec son homologue néerlandais Mark Rutte à La Haye puis se rendre à Berlin pour échanger avec la chancelière Angela Merkel.

Un porte-parole de Downing Street a annoncé mardi que l'accord de Brexit entre Londres et l'Union européenne sera présenté au vote des députés britanniques «avant le 21 janvier». Lundi, quasiment assurée d'essuyer une humiliante défaite devant la Chambre des Communes sur l'accord, Mme May, avait annoncé reporter le vote prévu ce mardi. (ats/nxp)

Créé: 11.12.2018, 15h47

Articles en relation

Tusk annonce un sommet Brexit jeudi

Bruxelles Le président du Conseil européen a annoncé lundi la convocation d'un sommet consacré au Brexit jeudi à Bruxelles, au premier jour du sommet européen. Plus...

Brexit: Bruxelles ne renégociera pas l'accord

Europe L'avertissement de la Commission européenne intervient à la veille du vote au Parlement britannique sur l'accord pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Plus...

Londres peut décider seul de renoncer au Brexit

Union européenne La Cour de justice de l'Union européenne a suivi l'avis de l'avocat général qui estimait que le Royaume-Uni peut décider seul de renoncer à quitter l'Union européenne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.