May: «Nous devons tous contrôler nos nerfs»

BrexitTheresa May, qui va s'adresser à la Chambre des communes, demande que chacun reste calme afin d'obtenir de nouvelles concessions de Bruxelles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Première ministre Theresa May va exhorter mardi des députés britanniques impatients à «contrôler (leurs) nerfs», alors qu'elle peine à obtenir de Bruxelles de nouvelles concessions sur l'accord de Brexit, à moins de cinquante jours du divorce.

Theresa May doit s'adresser à la Chambre des communes en milieu de journée pour informer les députés de l'évolution des discussions entamées avec ses homologues européens pour tenter de modifier le traité de retrait, dont la version initiale a été rejetée par le parlement en janvier.

«Les discussions sont dans une phase cruciale», doit affirmer la Première ministre, selon des extraits de son discours diffusés à l'avance par ses services. «Nous devons tous contrôler nos nerfs pour obtenir les changements que cette Chambre a demandés, et réaliser le Brexit à la date prévue», soit le 29 mars.

Theresa May espère principalement obtenir des concessions sur les dispositions relatives au filet de sécurité irlandais («backstop» en anglais), un point de l'accord qui cristallise le mécontentement des députés britanniques.

Echanges «constructifs»

«En obtenant les changements nécessaires sur le backstop, en protégeant les droits des travailleurs et en renforçant la protection de l'environnement, ainsi qu'en renforçant le rôle du parlement dans la prochaine phase des négociations, je pense que nous pouvons parvenir à un accord qui sera soutenu par cette Chambre», doit expliquer la dirigeante britannique.

Pour sortir de l'impasse, les membres de l'exécutif britannique multiplient les discussions avec les responsables européens. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, est à Paris mardi pour évoquer le sujet avec son homologue Jean-Yves Le Drian.

Dans le même temps, le ministre en charge du Brexit, Stephen Barclay, et David Lidington, le numéro 2 du gouvernement, se rendent à Strasbourg pour discuter avec des députés européens.

Stephen Barclay a rencontré lundi soir à Bruxelles le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, lors d'un dîner de travail, pour tenter de trouver une issue.

«Il est clair de notre côté que nous n'allons pas rouvrir l'accord de retrait, mais nous allons poursuivre nos discussions dans les jours à venir», a affirmé M. Barnier à l'issue de cette rencontre, évoquant des échanges «constructifs». (afp/nxp)

Créé: 12.02.2019, 09h42

Articles en relation

Brexit: Barnier exhorte Londres à «bouger»

Royaume-Uni Michel Barnier a une nouvelle fois prévenu que l'accord de retrait négocié pendant près de 18 mois n'était «pas ouvert à une renégociation». Plus...

600'000 emplois menacés par un «Brexit dur»

Divorce avec l'UE La baisse des importations en provenance de l'UE en cas de «Brexit dur» menacerait à elle-seule plus d'un demi-million de jobs dans le monde. Plus...

Après Brexit: Londres et Berne signent un accord

Commerce Le ministre de l'économie Guy Parmelin et le ministre anglais du commerce extérieur, Liam Fox, ont signé lundi à Berne un accord bilatéral sur le commerce. Plus...

«Nos mozzarella sont meilleures»

Royaume-Uni La mozzarella fabriquée au Royaume-Uni se retrouve de plus en plus dans les assiettes des Britanniques, et espère détrôner sa cousine italienne en profitant du Brexit. Plus...

Theresa May veut plus de temps pour renégocier

Royaume-Uni Le gouvernement britannique va tenter d'obtenir un délai auprès des députés pour négocier à Bruxelles un nouvel accord de Brexit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.