May n'est finalement «pas d'accord» avec Trump

ImmigrationLa Première ministre avait d'abord refusé de répondre aux questions des journalistes sur le sujet.

«Si [cette politique] a un impact sur les citoyens du Royaume-Uni, nous interviendrons auprès du gouvernement américain», a précisé Downing Street. (Samedi 28 janvier 2017)

«Si [cette politique] a un impact sur les citoyens du Royaume-Uni, nous interviendrons auprès du gouvernement américain», a précisé Downing Street. (Samedi 28 janvier 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Première ministre britannique Theresa May n'est «pas d'accord» avec les restrictions à l'immigration imposées par le président américain Donald Trump et interviendra si elles touchent des citoyens britanniques, a indiqué dimanche un porte-parole de Downing Street.

«La politique d'immigration des Etats-Unis est l'affaire du gouvernement des Etats-Unis comme celle de notre pays doit être fixée par notre gouvernement. Mais nous ne sommes pas d'accord avec ce type d'approche», a déclaré un porte-parole. «Si elle a un impact sur les citoyens du Royaume-Uni, nous interviendrons auprès du gouvernement américain», a-t-il ajouté.

Elle refusait jusqu'alors de répondre

Quelques heures auparavant, Theresa May avait provoqué la polémique dans son pays en refusant de critiquer l'initiative américaine lors d'une conférence de presse durant un voyage en Turquie, disant que c'était à Washington de prendre ses responsabilités sur sa politique sur les réfugiés. «Les Etats-Unis sont responsables de la politique des Etats-Unis sur les réfugiés», avait-elle déclaré. «Le Royaume-Uni est responsable de la politique du Royaume-Uni sur les réfugiés».

Un parlementaire de son parti conservateur avait alors annoncé que les restrictions à l'immigration du président américain l'empêchaient désormais de se rendre aux Etats-Unis. Nadhim Zahawi, né en Irak, a écrit sur Twitter qu'il avait eu «confirmation que le décret s'applique à (lui) et (son) épouse car (ils sont) tous deux nés en Irak», même si le couple dispose de passeports britanniques.

«Un jour très triste lorsqu'on se sent un citoyen de seconde classe! Triste jour pour les Etats-Unis», a-t-il ajouté.

Premier dirigeant étranger à avoir rencontré Donald Trump depuis son arrivée à la Maison Blanche, Theresa May a discuté avec lui vendredi de l'éventualité de mettre en place rapidement un accord commercial entre leurs deux pays après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Fin de la lune de miel Londres-Washington

Après sa rencontre avec Theresa May, Donald Trump a signé vendredi un décret interdisant l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays musulmans (Irak, Iran, Libye, Somalie, Syrie, Yémen et Soudan). L'implication de citoyens britanniques dans cette problématique a néanmoins accentué la pression de membres de son parti qui demandaient qu'elle condamne l'initiative de Donald Trump, venant assombrir la lune de miel initiée à l'occasion de sa visite à Washington.

La députée conservatrice Sarah Wollaston a qualifié Donald Trump de «sale type répugnant» et a réclamé qu'il ne soit pas autorisé à s'adresser aux deux chambres du Parlement britannique lorsqu'il effectuera une visite d'Etat d'ici la fin de l'année. La parlementaire travailliste d'opposition Yvette Cooper a jugé que le refus de Theresa May de condamner l'initiative du président américain contre les musulmans «couvre la Grande-Bretagne de honte». (AFP/nxp)

Créé: 29.01.2017, 02h32

Articles en relation

Trump : les restrictions «marchent bien»

Immigration Le décret présidentiel vise certains pays musulmans. Il est déjà attaqué devant la justice. Plus...

Une scientifique de l'EPFL n'a pas pu aller à Harvard

Etats-Unis Le Dr Samira Asgari, de nationalité iranienne, a fait les frais samedi du récent décret anti-immigration signé par Trump. Plus...

Swiss se pliera au décret anti-immigration de Trump

Etats-Unis La compagnie dit ne pas «avoir le choix». Pour ses destinations américaines, elle refusera les ressortissants de 7 pays. Plus...

Hollande veut répondre «avec fermeté» à Trump

Etats-Unis L'Europe doit répondre avec «fermeté» à Donald Trump, a déclaré le président français. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.