Passer au contenu principal

Mea culpa du profanateur de Tombouctou

Ce lundi à l’ouverture de son procès, l’un des responsables de la destruction de 14 mausolées de la «Perle du désert» a plaidé coupable.

Ahmad al Faqi al Mahdi a fait amende honorable et reconnu sa responsabilité dans la destruction entre le 30 juin et le 11 juillet 2012 de quatorze?mausolées sacrés de Tombouctou.
Ahmad al Faqi al Mahdi a fait amende honorable et reconnu sa responsabilité dans la destruction entre le 30 juin et le 11 juillet 2012 de quatorze?mausolées sacrés de Tombouctou.
AFP

«Votre Honneur, j’ai le regret de dire que tout ce que j’ai entendu jusqu’à présent est véridique et reflète les événements.» En conséquence: «Je plaide coupable.» C’était ce lundi devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

Prenant la parole après la lecture de l’acte d’accusation au premier jour de son procès, le djihadiste malien Ahmad al Faqi al Mahdi, dit Abou Tourab, a fait amende honorable. Et reconnu sa responsabilité dans la destruction entre le 30 juin et le 11 juillet 2012 de quatorze mausolées sacrés de Tombouctou. La «Perle du désert», dite aussi la «Cité des 333 saints», était alors aux mains des miliciens d’Ansar Dine, un groupe islamiste lié à Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.