Passer au contenu principal

Un médecin ne peut pas «booster» une victime d’AVC

Abdelaziz Bouteflika a subi un AVC en 2013. Sans se prononcer sur ce cas, le médecin Christophe Büla donne des informations sur cet accident chez les aînés.

Le Dr Christophe Bula, médecin-chef du service de gériatrie au CHUV (Archives-2009).
Le Dr Christophe Bula, médecin-chef du service de gériatrie au CHUV (Archives-2009).
PHILIPPE MAEDER

Abdelaziz Bouteflika a annoncé le 10 février son intention de briguer un cinquième mandat. Il a ainsi déclenché une contestation inédite en Algérie. Outre les enjeux politiques, une question médicale se pose: le président algérien a subi un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013. Depuis, sa capacité à gouverner est régulièrement remise en cause. Il n’apparaît que très rarement en public et ressemble à l’ombre de lui-même. Il a d’ailleurs quitté l’Algérie dimanche pour un court séjour à Genève, afin d’y subir des examens médicaux périodiques. Christophe Büla, médecin-chef du service de gériatrie au CHUV, ne s’exprime pas sur ce cas particulier. Mais il donne des informations sur l’AVC chez les personnes âgées qui éclairent la situation actuelle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.