Membre présumé de l'EI et inscrit comme réfugié

Etats-UnisUn Irakien, arrêté en Californie par le FBI, est entré aux Etats-Unis en 2014 après avoir obtenu le statut de réfugié.

Un homme a été arrêté mercredi à Sacramento, en Californie, par l'équipe spéciale de lutte contre le terrorisme.

Un homme a été arrêté mercredi à Sacramento, en Californie, par l'équipe spéciale de lutte contre le terrorisme. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités américaines ont arrêté un membre présumé de l'organisation Etat islamique (EI) entré aux Etats-Unis en tant que réfugié irakien, soulevant des interrogations sur l'efficacité des procédures de contrôle des demandeurs de ce statut.

Omar Ameen, 45 ans, a été arrêté mercredi à Sacramento, en Californie, par l'équipe spéciale de lutte contre le terrorisme de la police fédérale (FBI), trois mois après qu'un juge irakien a émis à son encontre un mandat d'arrêt pour le meurtre d'un policier en 2014, a indiqué le ministère américain de la Justice.

Originaire de Rawa, dans la province d'al-Anbar, M. Ameen est entré aux Etats-Unis en 2014 après avoir obtenu le statut de réfugié. Il a récemment fait une demande de «carte verte», qui permet de travailler et de résider de façon permanente dans le pays.

Al-Qaïda et l'EI

Selon les autorités irakiennes, M. Ameen appartiendrait à deux groupes djihadistes --Al-Qaïda en Irak et à l'EI- et aurait contribué à poser des engins explosifs artisanaux.

Elles l'accusent également d'avoir tué par balle un policier à Rawa le 22 juin 2014, au lendemain de la prise de la ville par l'EI. Ce meurtre présumé est à l'origine d'une demande d'extradition émanant de Bagdad.

«M. Ameen a caché son appartenance à ces groupes terroristes lorsqu'il a demandé à obtenir le statut de réfugié et, plus tard, lorsqu'il a fait sa demande de carte verte aux Etats-Unis», a indiqué le ministère américain de la Justice.

Son cas pourrait conforter la décision controversée du président américain Donald Trump à l'automne 2017 de réduire considérablement le nombre de réfugiés accueillis aux Etats-Unis chaque année.

Il a fixé le quota à 45'000 pour l'année fiscale courant jusqu'au 30 septembre, un plus bas historique depuis le lancement de ce programme en 1980 - contre 110'000 lors de la dernière année du mandat de son prédécesseur démocrate Barack Obama.

Mais le total pourrait être bien inférieur au quota pour cette année: seulement 18'565 réfugiés avaient été acceptés par les Etats-Unis au 10 août, selon les chiffres du département d'Etat américain. (afp/nxp)

Créé: 16.08.2018, 20h02

Articles en relation

L'EI revendique des attentats sanglants en Syrie

Terrorisme Des attentats dans des zones prorégime du sud de la Syrie ont fait plus de 220 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Plus...

Terrorisme: des soldats incognito dans les trains

France L'attaque ratée du Thalys, dans un train français, a été l'élément déclencheur pour prévoir une sécurité renforcée. Plus...

Scotland Yard enquête sur les deux hospitalisations

Angleterre L'anti-terrorisme mène l'enquête sur l’hospitalisation mystérieuse à Amesbury de deux personnes, exposées à «une substance inconnue». Une nouvelle affaire Skripal? Plus...

Terrorisme: pas question de légiférer à tout-va

Suisse Le Conseil des Etats n'a pas voulu se lancer dans la surenchère puisqu'un paquet de mesures policières va bientôt être soumis au Parlement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.