La «menace» russe est bien réelle

Etats-UnisDe hauts responsables américains accusent la Russie de continuer à vouloir «affaiblir et diviser» les Etats-Unis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Attention danger: plusieurs hauts responsables américains, du patron des renseignements au directeur du FBI, ont sonné l'alarme jeudi, accusant la Russie de continuer ses tentatives pour «affaiblir et diviser» les Etats-Unis.

L'un après l'autre, ils ont pris la parole devant les journalistes à la Maison Blanche, un spectacle solennel contrastant avec celui de la conférence de presse du président américain au côté de son homologue russe le 16 juillet à Helsinki, suite à laquelle Donald Trump avait été critiqué de toutes parts pour s'être montré trop conciliant envers Vladimir Poutine.

Alors que la Russie est accusée par le renseignement américain d'ingérence lors de l'élection présidentielle de 2016, qui l'a porté au pouvoir, M. Trump avait en effet semblé exonérer Moscou, provoquant l'indignation jusque dans son propre camp républicain. Il avait ensuite plaidé le lapsus. En meeting en Pennsylvanie jeudi soir, Donald Trump a, une nouvelle fois, semblé qualifier l'idée d'une ingérence russe dans l'élection présidentielle de «arnaque».

Le contraste est à nouveau flagrant entre cette déclaration, lancée devant ses partisans, et la solennité de la conférence de presse tenue par les hauts responsables du renseignement américain, depuis la Maison Blanche, seulement quelques heures auparavant. La Russie continue «d'essayer d'affaiblir et de diviser les Etats-Unis» en interférant dans le processus électoral américain et en s'immisçant dans le débat politique, a accusé le patron des services de renseignement Dan Coats.

La menace «est réelle. Elle continue. Et nous faisons tout notre possible pour avoir des élections en lesquelles les Américains puissent avoir confiance», a-t-il ajouté, à quelques mois du scrutin parlementaire de mi-mandat de novembre. «C'est une menace que nous devons prendre très au sérieux», a de son côté mis en garde Christopher Wray, le patron de la police fédérale (FBI).

«Il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas simplement d'une menace liée au processus électoral. Nos adversaires sont en train d'essayer de saboter notre pays de manière persistante, qu'on soit en période d'élections ou non», a-t-il insisté. Quant à la ministre de la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen, elle a jugé que la démocratie américaine était «dans la ligne de mire». «Les élections libres et transparentes sont la pierre angulaire de notre démocratie, et il est maintenant clair qu'elles sont la cible de nos adversaires qui cherchent (...) à saboter notre mode de vie», a-t-elle lancé.

Pas aussi importants qu'en 2016

Les interférences de la Russie dans la présidentielle de 2016 ont conduit le ministère américain de la Justice à nommer un procureur spécial chargé d'enquêter sur ces agissements, y compris une possible collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et les autorités russes que le président nie vigoureusement.

Pour l'heure toutefois, les efforts de la Russie pour tenter de «miner» les «valeurs fondamentales» américaines ne sont pas aussi importants qu'ils l'ont été pour influer sur l'élection présidentielle de 2016, a noté M. Coats. «Nous n'avons pas vu ce type d'efforts importants jusqu'à présent», a-t-il souligné.

Le directeur du FBI a lui noté qu'il n'avait pas pour l'instant constaté d'attaque directe sur les infrastructures électorales. «Ce que nous voyons, ce sont des tentatives d'influence mal intentionnées», a relevé M. Wray. Au début de l'année, la justice américaine a inculpé 13 Russes et trois entités russes pour ingérence dans les élections et le processus politique américains. Douze agents du renseignement russe ont également été inculpés aux Etats-Unis mi-juillet pour ingérence dans la présidentielle de 2016.

Facebook, violemment critiqué l'an dernier pour avoir servi de plateforme de désinformation lors de l'élection de 2016, a annoncé mardi avoir repéré de nouvelles tentatives de manipulation à l'approche du scrutin de novembre, en se gardant d'identifier les auteurs mais en laissant les regards se tourner vers la Russie.

L'enquête sur l'ingérence russe empoisonne le mandat de M. Trump, qui tente depuis plusieurs mois de discréditer cette investigation. Le président a exprimé son souhait de voir son ministre de la Justice mettre fin à cette enquête, qu'il juge minée par des conflits d'intérêt prêtés à Robert Mueller et qu'il qualifie de «chasse aux sorcières». Dans le cadre de cette investigation, quatre membres de l'ancienne campagne présidentielle de M. Trump sont poursuivis pour des délits qui ne sont cependant pas directement liés à une éventuelle collusion avec Moscou. (afp/nxp)

Créé: 03.08.2018, 01h06

Une ancienne employée russe de l'ambassade américaine à Moscou suspectée d'espionnage

Une Russe, employée pendant plus de dix ans à l'ambassade américaine de Moscou, a été soupçonnée d'espionnage pour le compte de son pays par les autorités américaines, ont rapporté jeudi plusieurs médias. De nationalité russe, cette femme a travaillé pour le Secret Service --une agence chargée de missions de protection et d'investigation sur le sol américain et à l'étranger-- sans éveiller les soupçons jusqu'en 2016, selon CNN, qui cite un responsable de l'administration. Lors d'un contrôle de routine, les autorités américaines ont découvert qu'elle avait des entretiens réguliers, non autorisés, avec le FSB, les services de renseignement russes. Cette femme aurait pu avoir accès à des informations confidentielles, note le Guardian, le quotidien britannique ayant été le premier à révéler l'affaire.

Articles en relation

Poutine se dit «prêt à se rendre à Washington»

Russie-Etats-Unis L'annonce du président russe intervient quelques jours après sa rencontre très critiquée avec son homologue américain à Helsinki. Plus...

Trump veut la fin de l'enquête sur l'ingérence

Etats-Unis Donald Trump a demandé à son ministre de la Justice de mettre fin à l'enquête sur l'ingérence russe sur la campagne de 2016. Plus...

Trump attaque le procureur Mueller

Ingérence russe Donald Trump a accusé le procureur Mueller, chargé de l'enquête sur l'ingérence russe en 2016, de «conflits d'intérêt». Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.