Menace terroriste: l'alerte à Genève inquiète la planète

Revue de presseAu Canada et aux Etats-Unis, en particulier, les services de sécurité suivent de très près l'enquête suisse.

Image: Reuters / Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Genève en état d’alerte», la nouvelle fait depuis jeudi le tour de la planète médiatique. Un peu partout, les sites d’information montrent des images de policiers genevois armés. Plusieurs médias belges, quant à eux, ont mis en avant la photo de quatre personnes recherchées dans la cité de Calvin, avec les visages floutés, qui a paru notamment dans 24 heures.

Inquiétude au Canada

Au Canada, le Toronto Star s’inquiète de ce que «Le journal suisse Tribune de Genève rapporte qu’un journaliste a vu un document de police concernant une enquête sur les quatre hommes inconnus, indiquant que Genève, Toronto et Chicago étaient ciblés pour des attaques».

Le quotidien ajoute que d’autres médias européens se réfèrent à «une vidéo dans laquelle un autre suspect parlerait d’attaques à Genève, Vancouver et Ottawa».

Interrogé, le ministre canadien de la Sécurité publique Ralph Goodale a répondu que le pays n’a procédé à «aucun changement dans le niveau d’alerte» mais qu’il fallait «rester vigilant».

Les Etats-Unis traquent le réseau Fares

Aux Etats-Unis, la chaîne CNN fait référence à une source affirmant que «la police recherche cinq individus radicalisés suspectés de faire partie du réseau de Mourad Fares», c’est-à-dire le Français (de Thonon) «qui a recruté Foued Mohamed-Aggad, identifié comme le troisième terroriste du Bataclan».

Le chaîne rappelle que selon le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, Fares est un recruteur «pour le groupe Etat islamique, principalement dans les pays francophones, dont la Suisse, y compris Genève». Il avait été arrêté en août 2014 en Turquie puis placé en détention en France.

Or, les Etats-Unis ont informé les autorités suisses qu’une communication a récemment été interceptée où «des extrémistes parlaient de l’idée d’attaquer Genève». Selon les sources de CNN, ces extrémistes étaient supposément «de retour en Europe après être entrés en contact avec Daech en Syrie. Ils discutaient aussi de l’idée de lancer des attaques à Chicago et Toronto.» Par ailleurs, les services américains ont informé Berne «qu’un associé de Salah Abdeslam, suspecté d’être impliqué dans les attaques de Paris, est passé en Suisse».

La Suisse, pas si paisible

Pour le Washington Post, l’alerte à Genève «souligne l’ampleur de la menace ressentie à présent à travers toute l’Europe suite aux récents événements meurtriers à Paris, qui ont coûté la vie à 130 personnes et montré l’évolution de l’Etat islamique vers une organisation de terrorisme de masse.»

Le quotidien étasunien note que «la Suisse, qui à la réputation d’être un pays paisible en partie à cause de sa politique de neutralité, a cependant été confrontée à des enjeux liés au terrorisme, comme dans les pays voisins». Ainsi, «en octobre, le bureau du procureur suisse a inculpé quatre citoyens irakiens de planification d’attaques terroristes en coordination avec l’Etat islamique».

Créé: 11.12.2015, 12h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.