Merkel reçoit Poutine pour parler de la Syrie

AllemagneLa chancelière allemande et le président russe se sont rencontrés samedi pour évoquer le sort de la Syrie et de l'Ukraine.

Angela Merkel a discuté avec Vladimir Poutine, samedi.

Angela Merkel a discuté avec Vladimir Poutine, samedi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Angela Merkel a reçu samedi Vladimir Poutine au château de Meseberg, au nord de Berlin, pour un entretien consacré notamment aux conflits syrien et ukrainien. Autant de points de désaccords persistants entre l'Allemagne et la Russie.

«Je pense que les questions controversées ne peuvent être réglées que par le dialogue», a déclaré la chancelière allemande avant l'entretien qui, selon elle, devait également porter sur le projet de gazoduc sous-marin Nord Stream 2 et les droits de l'homme.

Le président russe, arrivé en Allemagne après avoir assisté au mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl, a quant à lui insisté sur le retour des réfugiés syriens et sur l'aide à la reconstruction.

Aide humanitaire

«Il faut renforcer la dimension humanitaire dans le conflit syrien et je veux dire par là avant tout l'aide humanitaire à la population syrienne, et aider les régions où les réfugiés se trouvant à l'étranger peuvent retourner», a-t-il dit. Il y en a un million en Jordanie, autant au Liban et trois millions en Turquie, a-t-il rappelé. «C'est potentiellement un énorme poids pour l'Europe».

«C'est pourquoi il faut tout faire pour que ces gens rentrent chez eux», ce qui veut dire concrètement rétablir les services de base comme l'approvisionnement en eau ou les infrastructures médicales. Angela Merkel a estimé de son côté que la priorité en Syrie était «d'éviter une catastrophe humanitaire», sans rentrer dans les détails. Les deux dirigeants devaient aussi évoquer le règlement de la crise ukrainienne, qui «malheureusement n'avance pas du tout», a jugé Vladimir Poutine.

Le processus de paix des accords de Minsk, parrainé par l'Allemagne et la France, est au point mort, a également constaté la chancelière, soulignant l'absence «de cessez le feu stable» dans l'est de l'Ukraine. Une mission des Nations unies sur place, au menu des discussions avec Vladimir Poutine, «pourrait peut-être jouer un rôle de pacification» dans la région, a-t-elle dit.

Gazoduc contesté

Concenant le gazoduc Nord Stream 2, qui doit permettre d'acheminer le gaz russe en Allemagne via la Baltique, la chancelière a estimé que son pays devrait continuer à jouer un rôle dans l'approvisionnement énergétique de l'Europe et s'est félicitée de l'ouverture des discussions entre l'Union européenne, l'Ukraine et la Russie.

Son hôte russe a de son côté tenu à «souligner que l'essentiel est que le transit via l'Ukraine - qui est traditionnel pour nous - réponde aux exigences économiques. Nord Stream 2 est exclusivement un projet économique», a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis font pression sur l'Allemagne pour qu'elle renonce au projet, qui selon eux, va accentuer sa dépendance énergétique à l'égard de la Russie. L'Ukraine craint pour sa part que le gazoduc ne permette à la Russie de l'exclure du transport du gaz. Le projet inquiète également ses voisins d'Europe de l'Est, soupçonneux à l'égard de Moscou.

Discussions compliquées

Aucune communication officielle n'était prévue à l'issue de l'entretien. Angela Merkel a averti vendredi qu'«aucun résultat particulier» n'était à attendre de cette entrevue. «Mais le nombre de problèmes qui nous préoccupent (...) est si important que cela justifie un dialogue permanent», a-t-elle ajouté.

Rien de concret n'est sorti de la précédente rencontre entre les deux dirigeants, qui s'est déroulée en mai à Sotchi. Plusieurs membres de la coalition au pouvoir en Allemagne ont toutefois exprimé leur optimisme avant celle de samedi.

Optimisme prudent

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas s'est déclaré «relativement optimiste sur les chances d'une mission des Nations Unies», même si les conceptions sur sa forme et sa mise en oeuvre restent divergentes.

«Nous voulons conférer une nouvelle dynamique au processus de Minsk», a déclaré le dirigeant social-démocrate dans un entretien à l'édition dominicale du journal Die Welt. Il rappelle toutefois que l'allégement des sanctions imposées à la Russie après l'annexion de la Crimée en 2014 ne pourra être négocié que si les accords de Minsk sont mis en œuvre. (ats/nxp)

Créé: 18.08.2018, 20h27

Galerie photo

Syrie: les États-Unis veulent se retirer

Syrie: les États-Unis veulent se retirer Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient déclenché en avril des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad. Donald Trump veut rapatrier ses troupes.

Articles en relation

Sur fond de polémique, Poutine danse avec la mariée

Autriche Le président russe a assisté samedi au mariage d'une amie, politicienne autrichienne. De quoi faire jaser. Plus...

Poutine vient à un mariage et sème le trouble

Autriche L'invitation du président russe aux noces de la ministre autrichienne des Affaires étrangères passe mal. Plus...

Poutine va parler Syrie avec Merkel

Rencontre près de Berlin Le président russe se rendra samedi en Allemagne pour une rencontre avec la chancelière. Les conflits en Syrie et en Ukraine seront au centre des discussions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.