Passer au contenu principal

Le Mexique s’enflamme pour les disparus d’Iguala

Les manifestations réclamant justice pour les 43 étudiants disparus fin septembre se multiplient. L'affaire met la classe politique en crise.

L’affaire des disparus d’Iguala met en difficulté le président Enrique Pena Nieto, dont on brûle le portrait lors d’une manifestation.
L’affaire des disparus d’Iguala met en difficulté le président Enrique Pena Nieto, dont on brûle le portrait lors d’une manifestation.
Reuters

«On les a emmenés vivants, vivants nous les voulons». Scandé par des dizaines de milliers de personnes, ce slogan a marqué les manifestations qui se sont déroulées jeudi soir au Mexique en faveur des 43 étudiants disparus le 26 septembre dernier près d’Iguala, dans l’Etat de Guerrero.

A Mexico, des heurts se sont produits entre des manifestants et la police face au Palais national. Ailleurs dans le pays, montrant que la mobilisation ne faiblit pas, des meetings de solidarité se sont déroulés dans plusieurs villes, notamment dans l’Etat de Guerrero, à Puebla et Morelos (centre), à Chihuahua (nord), et Oaxaca (sud). Des rassemblements se sont aussi tenus dans plusieurs villes des Etats-Unis et en Amérique latine, comme en Bolivie et au Salvador.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.