«Midterms»: les trois scénarios des élections

Etats-UnisLe scénario en vogue donne aux démocrates une victoire à la Chambre des représentants et un maintien de la majorité républicaine au Sénat.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois scénarios sont en concurrence pour les élections américaines de mi-mandat du 6 novembre prochain. Et de l'avis des analystes, ces législatives vont se transformer en un référendum pour ou contre Donald Trump et le style qu'il impose depuis son investiture en janvier 2017.

Le scénario qui a la faveur de presque tous les modèles de projections électorales accorde au Parti démocrate une victoire à la Chambre des représentants et un maintien de la majorité républicaine au Sénat. Pour obtenir la majorité absolue à la chambre basse du Congrès, dont les 435 sièges sont entièrement renouvelés, les démocrates doivent gagner 23 sièges. Les projections actuelles leur accordent un gain net moyen d'une trentaine d'élus.

Au Sénat, les républicains devraient conserver leur majorité actuelle (51 sénateurs sur 100) voire l'accroître légèrement d’un ou deux sièges. La raison: parmi les 35 sièges à renouveler (33 selon la rotation et deux élections spéciales dans le Mississippi et le Minnesota), 26 sont démocrates et neuf sont républicains. Pour remporter la majorité à la chambre haute, les démocrates devraient conserver leurs 26 sièges, et en gagner deux supplémentaires.

Un: le Congrès reste républicain

Les républicains conservent leur majorité à la Chambre des représentants et au Sénat. C'est le souhait de Donald Trump qui a dès lors les mains libres et poursuit la politique qu’il mène depuis deux ans. Cela se traduit probablement par une intensification de la guerre commerciale avec l’Europe et la Chine.

Sur le plan intérieur, les démocrates continuent à faire de la résistance mais Trump s’est débarrassé de plusieurs sénateurs qui le critiquaient et le Congrès lui est encore plus favorable. Il n’a aucune opposition pour préparer 2020.

Il lui est alors facile de mettre fin à certaines affaires comme l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016; d’accorder un pardon à son ancien conseiller Paul Manafort qui a plaidé coupable d'association de malfaiteurs contre les Etats-Unis et d'entrave à la justice dans le cadre de cette enquête.

Et enfin, de limoger le numéro 2 du département de la Justice Rod Rosenstein qui a, selon le New York Times, envisagé un temps de recourir au 25e amendement régissant l’incapacité du chef de l’Etat contre Donald Trump.

Deux: la Chambre devient démocrate

Les républicains perdent la Chambre des représentants et conservent le Sénat. Il s’agit du résultat le plus probable, si l’on en croit les modèles de projections des différents instituts de sondage. Dans ce cas de figure, le lancement d'une procédure de destitution serait possible, mais une guérilla parlementaire est bien plus probable.

Tout dépend aussi de l’ampleur de la victoire démocrate et surtout de l’orientation politique du parti avec l’arrivée de nombreux novices. Souvent proches de la ligne progressiste de Bernie Sanders, ceux-ci sont désignés par des électeurs animés par un fort sentiment anti-Trump.

Pour le président, les conséquences sont de plusieurs ordres, notamment en ce qui concerne les affaires qui le poursuivent depuis son investiture, dont l’enquête russe, mais aussi la déconstruction de l’Obamacare ou encore la politique migratoire et le financement du mur sur la frontière mexicaine. Sans oublier la question de la publication de sa feuille d’impôt.

L'art du compromis

L’enjeu sera de déterminer quel niveau de compromis la Maison Blanche et la chambre sont capables de trouver dans un contexte de polarisation extrême voulue par Donald Trump dans l'optique de la présidentielle de 2020. L’esprit bipartisan de conciliation qu’incarnait John McCain, décédé cet été, prend la forme d’un point d’interrogation.

Les pouvoirs présidentiels seraient limités pour la négociation de traités qui doivent être ratifiés par le pouvoir législatif, ce qui est un handicap dans une stratégie de bilatéralisme. Trump ne pourrait plus mettre en place de taxations (comme les droits de douane) car les questions budgétaires relèvent du Congrès et la guerre commerciale dépendrait alors du soutien des démocrates.

Le danger est celui d’une paralysie institutionnelle qui ferait apparaître les démocrates comme le parti du «non» et de l’obstruction, un thème de campagne que Trump ne manquerait pas d’exploiter. D'autant que s’ils remportent la Chambre des représentants, étape qu’ils considèrent comme essentielle dans la reconquête du pouvoir, les démocrates ne peuvent pas se présenter dans deux ans avec un bilan législatif nul.

Trois: le Congrès devient démocrate

Les démocrates remportent la Chambre des représentants et le Sénat et Donald Trump se trouve dans la même position que Barack Obama. Il devient principalement une entité d’enregistrement des textes de loi qui sont adoptés par le Congrès tout en conservant un veto par lequel il empêche l’application de ces textes.

Chaque loi doit alors faire l’objet de négociations car les démocrates ne disposent pas de la majorité des deux tiers pour surmonter le veto présidentiel.

Donald Trump ne peut plus gouverner que par décrets, donc par des textes dont la durée est temporaire, en espérant que le Congrès qui sera élu en 2020 sera prêt à transformer ces ordres exécutifs en textes législatifs. (ats/nxp)

Créé: 26.10.2018, 13h40

Articles en relation

Elections de mi-mandat: ces novices qui rêvent de pouvoir

États-Unis Une quinzaine de citoyens tenteront de se faire élire, le 6 novembre, lors des élections de mi-mandat aux États-Unis. Portraits. Plus...

Caitlyn Jenner regrette d'avoir soutenu Trump

Etats-Unis La célébrité transgenre Caitlyn Jenner, qui avait soutenu Donald Trump en 2016, le regrette aujourd'hui. Plus...

Pubs politiques: une fortune pour Facebook

Etats-Unis Quelque 256 millions de dollars ont été dépensés en publicités politiques sur Facebook en l'espace de six mois aux Etats-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.