Les migrants n'attendront plus au Mexique

Etats-UnisUn juge de San Francisco a retoqué lundi cette mesure prise par le gouvernement Trump en janvier.

Des policiers mexicains à la frontière avec les Etats-Unis.

Des policiers mexicains à la frontière avec les Etats-Unis. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les migrants latino-américains demandant l'asile aux Etats-Unis n'auront plus à patienter durant des semaines au Mexique pendant que les autorités américaines étudient leur dossier: un juge californien a retoqué lundi cette décision de l'administration fédérale entrée en vigueur en janvier.

Encore susceptible de faire l'objet d'un appel par le ministère américain de la Sécurité intérieure, ce jugement d'un tribunal fédéral de San Francisco est applicable à compter du 12 avril. Fin décembre, le ministère de la Sécurité intérieure et le département d'Etat avaient annoncé que les demandeurs d'asile arrivant aux Etats-Unis par les points d'entrée situés le long de la frontière sud seraient renvoyés au Mexique pendant l'examen de leur dossier par les autorités américaines.

Cette mesure était destinée à «décourager» les candidats à l'exil, originaires pour la plupart d'Amérique centrale et régulièrement fustigés par le président Donald Trump. «Les étrangers qui essaient de profiter du système pour venir illégalement sur notre sol ne pourront plus disparaître aux Etats-Unis, où ils sont nombreux à ne pas honorer leurs rendez-vous dans les tribunaux», avait à l'époque écrit la ministre américaine de la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen, dont le départ a été annoncé dimanche par M. Trump.

Pas une décision «politique»

Les opposants à cette mesure dénonçaient le fait qu'elle ne garantissait pas la protection des demandeurs d'asile, dont certains restaient durant des semaines, voire des mois, exposés au Mexique à l'insécurité qu'ils tentent de fuir dans leurs pays d'origine. Au nom de onze demandeurs d'asile, des organisations de défense des migrants et des droits humains ont donc contesté en justice sa légalité.

Le juge Richard Seeborg leur a donné raison, estimant notamment que ce dispositif n'offrait «pas de garanties suffisantes» sur la protection de «la vie ou de la liberté» des étrangers renvoyés vers le Mexique. Dans cette affaire, il ne s'agit pas de savoir si cette mesure est «intelligente ou humaine, et s'il s'agit de la meilleure façon de régler ce que le pouvoir exécutif qualifie de crise», écrit le juge Seeborg, se défendant de toute décision «politique».

Un juge «vient de décider que le Mexique est trop dangereux pour les migrants. Tellement injuste pour les Etats-Unis. DERAPAGE!», a réagi Donald Trump sur Twitter.

Le président américain a fait de la lutte contre l'immigration clandestine l'un des enjeux de sa présidence. Il se plaint régulièrement de la faiblesse des lois américaines dans ce domaine et bataille avec le Congrès pour financer un mur le long de la frontière avec le Mexique, censé endiguer ce phénomène. (afp/nxp)

Créé: 09.04.2019, 02h37

Articles en relation

Emoi après la mort d'un 2e enfant migrant aux USA

Frontière Un petit Guatémaltèque est décédé peu après avoir été interpellé en compagnie de son père près de la frontière américaine. Sa mort relance le débat sur le sort des enfants migrants. Plus...

«Vous n'entrerez pas aux USA illégalement»

Etats-Unis Kirstjen Nielsen, ministre à la Sécurité intérieure, a assuré qu'aucun migrant ne pénétrerait illégalement aux Etats-Unis. Plus...

Trump à la frontière: «On est complet»

USA-Mexique Le président américain s'est rendu vendredi à Calexico, à la frontière mexicaine, où il a inspecté un tronçon de mur. Plus...

Trump ne fermera pas la frontière mexicaine

Etats-Unis Le président américain est revenu jeudi sur ses menaces en affirmant qu'il ne fermerait pas la frontière avec le Mexique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...