Migrants: le chef d'une milice américaine arrêté

Etats-UnisSes hommes patrouillent le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour capturer illégalement les migrants.

Larry Mitchell Hopkins est le chef des United Constitutional Patriots (UCP).

Larry Mitchell Hopkins est le chef des United Constitutional Patriots (UCP). Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef d'une milice armée patrouillant le long de la frontière américano-mexicaine pour capturer des migrants a été arrêté pour port d'arme prohibé, a annoncé samedi le FBI, alors que le Mexique a dénoncé les «intimidations et extorsions» perpétrées par ce type de groupuscule.

Le suspect, Larry Mitchell Hopkins, 70 ans, est le leader des United Constitutional Patriots (UCP), un petit groupe fortement armé et composé essentiellement d'anciens combattants qui s'est fixé pour but de patrouiller le long de la frontière entre l'Etat américain du Nouveau-Mexique et l'Etat mexicain voisin de Chihuahua jusqu'à ce que le mur anti-migrants voulu par le président Donald Trump ait été érigé.

«Cette arrestation par le FBI indique clairement que l'application de la loi doit rester entre les mains d'agents des forces de l'ordre bien entraînés, et non de justiciers armés», a déclaré le procureur général du Nouveau-Mexique, Hector Balderas. Il a qualifié Larry Mitchell Hopkins, un habitué des émissions radio également connu sous le surnom de «Striker», de «dangereux criminel qui ne devrait pas traîner avec des armes près d'enfants et de familles».

Au même moment, le ministère mexicain des Affaires étrangères a exprimé sa «profonde préoccupation face aux activités d'intimidation et d'extorsion contre des migrants de la part de groupes de milices à la frontière du Nouveau-Mexique». «Ce type de pratiques peut conduire à des atteintes aux droits humains des personnes qui migrent ou qui sollicitent l'asile aux Etats-Unis», a dénoncé le ministère dans un communiqué.

Des milliers de migrants, dont la plupart fuient la violence et la pauvreté en Amérique centrale sont arrivés ces derniers mois au Mexique avec les Etats-Unis pour destination finale. Le président américain Donald Trump les qualifie régulièrement de menace pour la sécurité nationale et a réclamé des milliards de dollars au Congrès pour la construction d'un mur anti-immigration à la frontière.

Les mouvements de surveillance des frontières par des groupes d'autodéfense est bien implanté aux Etats-Unis: dès 1999, l'observatoire des groupes extrémistes, le Southern Poverty Law Center (SPLC), parlait «d'interpellations discutables de migrants par des citoyens à titre privé». (afp/nxp)

Créé: 21.04.2019, 04h49

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2 Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Articles en relation

Un millier de migrants à la frontière du Mexique

Etats-Unis Des centaines de Cubains affluent en vue d'avoir une vie meilleure aux Etats-Unis. Au sud du Mexique, des Honduriens, Salvadoriens, Nicaraguayens et Guatémaltèques sont en route. Plus...

La photo d'une fillette en pleurs primée

World Press Photo Ce cliché, «d'une violence d'un autre type», a été pris par John Moore, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Plus...

Une milice US patrouille en attendant le mur

Mexique Pour éviter l'entrée illégale de migrants aux Etats-Unis, des Américains se sont donnés rendez-vous à la frontière pour faire le guet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.