Passer au contenu principal

Les migrants, victimes collatérales des attentats

De l’Europe à l’Amérique du Nord, les partisans de la ligne dure à l’égard des réfugiés - surtout syriens - gagnent du terrain.

Sur la route des Balkans. Les attentats de Paris sont en passe de donner le coup de grâce au bel élan de solidarité en faveur des migrants fuyant la guerre et la misère.
Sur la route des Balkans. Les attentats de Paris sont en passe de donner le coup de grâce au bel élan de solidarité en faveur des migrants fuyant la guerre et la misère.
AFP

Le vent avait déjà tourné à la fin de l’été. Mais les attentats de Paris sont en passe de donner le coup de grâce au bel élan de solidarité en faveur des migrants fuyant la guerre et la misère. De l’Europe à l’Amérique du Nord, les partisans de la ligne dure profitent en effet des événements dramatiques de ces derniers jours pour exiger des mesures draconiennes contre les réfugiés, allant jusqu’à la fermeture des frontières.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.