Mikhaïl Khodorkovski visé par un mandat d’arrêt

RussieLa justice russe accuse l’ancien oligarque d’avoir commandité l’assassinat du maire d’une ville pétrolifère en 1998.

Mikhaïl Khodorkovski

Mikhaïl Khodorkovski Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Moscou a lancé ce mercredi un mandat d’arrêt international à l’encontre de l’opposant Mikhaïl Khodorkovski, exilé en Europe. L’ancien oligarque et bête noire du Kremlin est accusé d’avoir commandité, en 1998, le meurtre du maire d’une ville de Sibérie. La justice russe a également ordonné son placement en détention par défaut, a précisé le porte-parole du Comité d’enquête de Russie, Vladimir Markine.

La police a conclu que l’ancien PDG du groupe pétrolier Ioukos avait demandé, il y a dix-sept ans, à des hommes de main d’assassiner Vladimir Petoukhov, alors maire de la cité pétrolifère de Nefteiougansk, a déclaré Vladimir Markine. Le principal intéressé a qualifié ces accusations de «politiquement motivées», démentant toute implication dans cette affaire. Il a par ailleurs répété qu’il n’entendait pas se plier à la volonté des enquêteurs.

Affaire close en 1998

A en croire Markine, le mobile de l’assassinat était financier. Le maire demandait à Ioukos de payer des taxes dont le magnat s’affranchissait, selon le porte-parole. L’ancien chef de la sécurité du groupe pétrolier, Alexeï Pitchouguine, a été condamné en 2007 à la prison à perpétuité pour cet assassinat. Et ce n’est pas tout. L’ex-patron de Ioukos est également accusé de tentative d’assassinat sur la personne de Viatcheslav Kokochkine, le garde du corps de Vladimir Petoukhov qui était à ses côtés le jour du meurtre, ainsi que de celles en 1998 et en 1999 de l’homme d’affaires Evgueni Rybine, directeur de la compagnie East Petroleum Handelsges.

L’affaire, close en 1998, a donc été rouverte dix-sept ans après les faits par le Comité d’enquête placé sous l’autorité du Kremlin. Celui-ci avait annoncé il y a peu son intention de lancer un «avis de recherche» contre l’ancien PDG. «L’implication de Mikhaïl Khodorkovski a été établie» sur la base de «nouvelles preuves», avait affirmé l’organisme judiciaire, ajoutant: «Aucune décision importante de Ioukos n’était prise sans son ordre.»

Engagement proeuropéen

Mikhaïl Khodorkovski a passé près de dix ans en prison après son arrestation en 2003 et sa condamnation pour fraude et évasion fiscales, à l’issue d’un procès qu’il a qualifié de manœuvre politique orchestrée par Vladimir Poutine. Gracié, à la surprise générale, le 20 décembre 2013 par le président russe, il s’est rendu en Allemagne, avant d’obtenir un visa pour la Suisse, où réside sa famille. Installé dans notre pays depuis janvier 2014, il vit la plupart du temps à Londres.

Après avoir affirmé ne pas souhaiter se mêler de politique, Khodorkovski a créé un mouvement destiné à rassembler les maigres forces proeuropéennes en Russie. Après les accusations lancées par les enquêteurs russes à son encontre, il a appelé le 9 décembre à une «révolution» en Russie, dénonçant un «coup d’Etat» du président Poutine, dont il juge le pouvoir «illégitime».

Créé: 23.12.2015, 17h38

Articles en relation

L’Ukraine et la Russie se battent à coups d’embargo commercial

Conflit Editorial Moscou exclut Kiev de la zone de libre-échange de la CEI. L’Ukraine va interdire le commerce avec la Crimée Plus...

Poutine distille ses bons mots mais ne change rien

Russie Editorial Lors de sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année, hier, le maître du Kremlin semble avoir préféré la forme au fond Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.