Un militant d'extrême droite privé de Facebook

Royaume-UniLe compte d'un polémiste britannique a été supprimé du fait d'avoir «régulièrement violé» les règles du réseau social.

Tommy Robinson est le pseudonyme de Stephen Yaxley-Lennon, tiré du nom d'un célèbre hooligan britannique.

Tommy Robinson est le pseudonyme de Stephen Yaxley-Lennon, tiré du nom d'un célèbre hooligan britannique. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Facebook a annoncé mardi sa décision de supprimer la page de Tommy Robinson, une figure de l'extrême droite britannique, ainsi que son profil Instagram, pour avoir «régulièrement violé» ses règles en proférant des messages haineux.

«La page Facebook de Tommy Robinson a de manière répétée contrevenu à ces règles, avec des publications utilisant un langage déshumanisant et des appels à la violence dirigés contre les musulmans», explique le réseau social. «Ce n'est pas une décision que nous prenons à la légère mais les individus et organisations qui attaquent les autres sur la base de ce qu'ils sont n'ont pas leur place sur Facebook et Instagram», a ajouté Facebook, souvent accusé d'agir avec légèreté avec les discours de haine.

«Attaque contre la liberté d'expression»

Interrogé par l'agence de presse britannique PA, Tommy Robinson a affirmé que Facebook avait réagi à son documentaire Panadrama qui «montre comment l'establishment travaille avec les médias pour me faire tomber et me détruire».

«Il s'agit d'une attaque contre la liberté d'expression à travers le monde», a-t-il estimé. Tommy Robinson est le pseudonyme de Stephen Yaxley-Lennon, tiré du nom d'un célèbre hooligan britannique. Il est le fondateur de l'«English Defence League» (EDL), un groupe marginal affirmant lutter contre la menace islamiste.

Condamné en mai à treize mois de prison pour avoir filmé et diffusé sur internet des images d'un procès criminel qui faisait l'objet de restrictions de couverture, il a été libéré sous caution en août en attente de son procès en appel.

Son cas avait attiré l'attention de l'«alt-right» américaine, ou «droite alternative», et même de Donald Trump Jr., fils du président américain, et de Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, qui lui avait apporté son soutien. En novembre, il est devenu le conseiller spécial du chef du parti europhobe Ukip Gerard Batten. (afp/nxp)

Créé: 26.02.2019, 16h14

Articles en relation

Heurts au cours d'une manif à Londres

Royaume-Uni Des affrontements ont éclaté samedi au centre de Londres entre la police et des manifestants d'extrême-droite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.