Passer au contenu principal

Présidentielle françaiseLes militants FN combatifs mais amers

Après l'échec de leur candidate, les partisans de Marine Le Pen vont devoir se remobiliser en vue des législatives.

«Le vent de l'histoire est avec nous», prophétise Johan, très engagé à 29 ans: «On va assister à l'explosion du paysage français. On aura les 'mélenchonistes', les libéraux et les patriotes», selon lui. (Dimanche 7 mai 2017)

Entre dépit et envie de prendre leur revanche aux législatives françaises de juin, les partisans de Marine Le Pen encaissaient dimanche soir l'échec de leur championne, de Paris jusqu'au fief de la candidate, à Hénin-Beaumont. Largement battue, elle a recueilli moins de 35% des suffrages.

Des huées accueillent à 20h00 l'annonce de la large victoire d'Emmanuel Macron, au «Nouveau Chalet du Lac» au Bois de Vincennes, lieu cossu choisi par la candidate du Front national pour sa soirée. «Les Français ont choisi la trahison. Le pays va être vendu à la mondialisation à outrance. Je vais quitter la France. Il n'y a plus rien à faire ici», tonne Christophe, responsable hospitalier de 54 ans.

«La campagne a été confisquée par les affaires», déplore Jean, 58 ans, une rose bleue à la main, emblème de la candidate. «Tous les médias ont été contre Marine Le Pen. Elle s'est très bien battue», lâche Pierre, la soixantaine.

Et au soir du second tour comme durant la campagne, une partie de la presse est maintenue à distance. Une quinzaine de médias ont dénoncé une «interdiction» d'assister à la soirée, entraînant un «boycott» par «solidarité», notamment de Libération et du Monde. Le FN a avancé pour sa part un «manque de place» pour accueillir tout le monde.

La candidate défaite prend la parole peu après devant militants et cadres du parti, pour saluer «un résultat historique et massif» pour le Front national et promettre d'être «à la tête du combat» des élections législatives de juin. Applaudissements et «Merci Marine!» fusent, sur fond de Marseillaise.

Dans le Var et le Nord, on pense déjà aux législatives

«Le FN est un parti seul contre tous qui ne cesse de progresser à chaque scrutin», approuve parmi les convives Jocelyne Montesi, adjointe FN à Fréjus (Var). Eric, étudiant de 26 ans, se dit «très heureux de ce score historique», nouveau record en voix pour le FN, et il est certain de «faire un tabac pour les législatives».

A Hénin-Beaumont, où Marine Le Pen pourrait elle-même se représenter à la députation, après avoir échoué d'un cheveu en 2012, on assure qu'«elle aura un boulevard» d'autant que son parti s'est emparé de la ville en 2014. «Tout le monde est content de la gestion par le FN», soutient Liliane, 68 ans.

Mais devant la salle, où une soirée FN est organisée, quelques voitures passent en klaxonnant et leurs passagers lancent moqueurs: «Le Pen présidente». Au soir de ce second tour, «je suis déçu pour la France, mais on s'en tire avec les honneurs», estime Christopher Szczurek, adjoint au maire FN Steeve Briois et conseiller départemental. Il pointe la responsabilité de «la machine qui s'est mise en route depuis février» contre sa candidate.

«On est battu mais pas abattu»

A Paris, la soirée se poursuit sur la piste de danse pour certains, dont Marine Le Pen. «Les grandes victoires se préparent avec des déceptions. Macron, c'est la dernière carte du système. Je vous le dis ce soir», affirme Bouba.

«Le vent de l'histoire est avec nous», prophétise Johan, très engagé à 29 ans: «On va assister à l'explosion du paysage français. On aura les 'mélenchonistes', les libéraux et les patriotes», selon lui. «Les Français ne sont pas encore prêts. Ils ont peur» encore de l'extrême droite, d'après Antoine, membre du Front national de la jeunesse. Et de prévenir: «On est battu mais pas abattu».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.