Passer au contenu principal

Scandale VolkswagenPlus d'un millier de décès liés aux véhicules truqués

Une étude américaine démontre que les véhicules VW truqués vendus en Allemagne entraîneront des décès prématurés.

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)
AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)
Keystone
Le PDG de Volkswagen America, Michael Horn, ne s'est pas embarrassé de périphrases en s'excusant pour le scandale des contrôles antipollution falsifiés. Il a admis que le géant allemand de l'automobile avait «complètement merdé» (mardi 22 septembre 2015).
Le PDG de Volkswagen America, Michael Horn, ne s'est pas embarrassé de périphrases en s'excusant pour le scandale des contrôles antipollution falsifiés. Il a admis que le géant allemand de l'automobile avait «complètement merdé» (mardi 22 septembre 2015).
Reuters
1 / 150

Les émissions polluantes supplémentaires émises par les véhicules Volkswagen truqués vendus en Allemagne de 2008 à 2015 entraîneront 1200 décès prématurés dans ce pays et chez ses voisins. Telle est la conclusion d'une étude parue vendredi.

«Les chercheurs estiment que 1200 personnes en Europe mourront prématurément, pouvant perdre jusqu'à dix ans de vie, du fait des émissions générées en excès» par rapport aux émissions attendues, souligne le Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui a pris part à cette étude, parue dans Environmental Research Letters.

Les chercheurs se sont penchés sur l'impact sanitaire lié aux 2,6 millions de véhicules concernés, vendus en Allemagne à cette période sous les différentes marques du groupe (VW, Audi, Skoda et Seat).

Pour eux, «les émissions produites en excès par rapport aux tests de valeurs limites ont eu un effet significatif sur la santé publique, pas seulement en Allemagne mais à travers l'Europe», puisque la pollution ne connaît pas les frontières.

Ainsi, ces décès prématurés concerneront probablement à hauteur de 40% l'Allemagne, mais aussi les pays voisins, notamment la Pologne, la République tchèque et la France.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.