Mise sur le marché du Roundup compromise

FranceMardi, la justice a estimé que l'un des produits controversés de Monsanto ne pouvait être commercialisé.

Le glyphosate contenu dans le Roundup est suspecté d'être nocif pour la santé.

Le glyphosate contenu dans le Roundup est suspecté d'être nocif pour la santé. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tribunal administratif de Lyon a annulé mardi l'autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un désherbant contenant du glyphosate commercialisé par Monsanto. Pour lui, une «erreur d'appréciation» a été commise au regard du principe de précaution".

Le tribunal a estimé que l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) avait commis cette erreur d'appréciation au regard du principe de précaution« en autorisant ce produit le 6 mars 2017.

Le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) avait saisi en mai 2017 la justice pour réclamer le retrait de ce désherbant, utilisé notamment sur les cultures légumières et fruitières.

Décision majeure

«C'est une décision absolument majeure, car elle devrait concerner tous les Roundup, le tribunal considérant que tous les produits contenant du glyphosate sont probablement cancérogènes», s'est félicité l'avocate de la CRIIGEN, Me Corinne Lepage. Celle-ci a salué une décision judiciaire «très motivée».

Cette décision intervient alors que le débat fait rage en France et en Europe, y compris en Suisse, sur la potentielle dangerosité du glyphosate, principe actif du Roundup de Monsanto, filiale depuis 2018 du géant allemand de la chimie Bayer.

Depuis le 1er juillet 2015, l'Anses a procédé pour des raisons de sécurité sanitaires au retrait de 147 autorisations de mise sur le marché de produits contenant certaines substances actives, dont 126 produits à base de glyphosate associé à la tallowamine en juin 2016.

Postulat en Suisse

En Suisse, le Conseil national a soutenu en septembre 2018 un postulat d'Adèle Thorens (Verts/VD) demandant au Conseil fédéral d'établir un rapport sur la question d'un abandon progressif du glyphosate. (ats/nxp)

Créé: 15.01.2019, 12h24

Articles en relation

Monsanto n'accepte pas le verdict et fait appel

Procès Roundup Le géant agrochimique ne se satisfait pas de la réduction de l'amende accordée par une juge de San Francisco. Plus...

Le plaignant accepte les 78,5 millions de dollars

Procès Roundup Afin d'éviter un nouveau procès, le plaignant dans le procès Roundup a accepté des dommages et intérêts réduits. Plus...

Le jugement sur le Roundup plombe Bayer

Marché financier L'action de Bayer était à la peine, mardi, après que la justice américaine a confirmé la dangerosité du glyphosate, lundi. Plus...

Le jugement sur le Roundup plombe Bayer

Marché financier L'action de Bayer était à la peine, mardi, après que la justice américaine a confirmé la dangerosité du glyphosate, lundi. Plus...

L'appel de Monsanto rejeté, amende réduite

Procès Roundup Une juge ordonne de réduire les dommages et intérêts infligés en août à Monsanto pour avoir caché la dangerosité du Roundup. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.