Mission secrète pour exfiltrer les juifs du Yémen

DiasporaLa plus vieille communauté juive du monde domina jadis le sud de la péninsule Arabique. Il n’en reste presque plus rien.

Tzion Dahari accueille ses soeurs au centre d'immigration de Beersheba après qu'elles aient été évacuées du Yémen vers Israël au cours d'une mission de sauvetage secrète.

Tzion Dahari accueille ses soeurs au centre d'immigration de Beersheba après qu'elles aient été évacuées du Yémen vers Israël au cours d'une mission de sauvetage secrète.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils sont sans doute les derniers descendants du grand empire juif de Himyar, qui contrôlait il y a 2000 ans le sud de la péninsule Arabique. Ce week-end, dans un Yémen déchiré par la guerre, une opération israélienne ultrasecrète a été menée pour exfiltrer dix-sept personnes de la capitale Sanaa et de la ville de Raydah, tenues toutes deux par les Houthi, des rebelles chiites dont le slogan est: «Mort à l’Amérique! Mort à Israël! Maudits soient les juifs! Victoire pour l’islam!»

Parmi les nouveaux arrivants à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, dans la nuit de dimanche à lundi, figurait le rabbin de Raydah, qui transportait dans ses bagages un rouleau de la Torah probablement vieux de plus de 500 ans.

Désormais, selon l’Agence juive, il ne resterait plus au Yémen que 50 israélites, la plupart vivant à Sanaa dans une enceinte fermée et adossée à l’ambassade des Etats-Unis. Ceux-là ont décidé de rester au pays malgré le danger. Au contraire, quelque 200 autres ont été exfiltrés ces dernières années. C’est donc la fin officielle de l’opération israélienne dite «Tapis Volant», laquelle avait commencé par le transfert massif en Israël de 51 000 Yéménites en 1949 et 1950.

L'entremise de Washington

La mission de ce week-end, supervisée par l’Agence juive, a nécessité l’aide des Etats-Unis, dont les diplomates du State Department ont obtenu que des officiels du Yémen et de la région organisent cette exfiltration très discrète à travers les pays voisins.

Héritiers de l’une des communautés juives les plus anciennes du monde, ils seraient aujourd’hui 350 000 en Israël, 50 000 aux Etats-Unis et 5000 au Royaume-Uni. Beaucoup étaient déjà partis en Terre Sainte du temps de l’Empire ottoman, quand les restrictions de mouvement ont été levées.

6300 morts

Aujourd’hui, le Yémen est déchiré par une guerre qui oppose les forces gouvernementales yéménites, appuyées par une coalition militaire sous conduite saoudienne, aux rebelles houthi et leurs alliés, les partisans de l’ex-président Ali Abdallah Saleh. Avec le soutien de l’Iran, accuse Ryad. Le conflit a fait près de 6300 morts, pour moitié des civils, près d’un an après l’intervention de la coalition arabe, fin mars 2015.

Créé: 22.03.2016, 13h48

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Articles en relation

Yémen: l'ONU accuse Ryad de viser les civils

Guerre civile La coalition menée par l'Arabie saoudite a causé la mort de «deux fois plus» de civils que toutes les autres forces combinées, selon l'ONU. Plus...

Frappes sur un marché: le bilan s'alourdit

Yémen Au moins 119 personnes ont péri dans des frappes mardi d'une coalition arabe sur un marché du nord du Yémen, pays en proie à la guerre entre pouvoir et rebelles. Plus...

Des raids tuent 41 «civils» sur un marché

Yémen Des frappes aériennes de la coalition conduite par l'Arabie saoudite ont bombardé un marché de la province de Hajja, située dans le nord du Yémen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.