Monsanto pourra exploiter un herbicide controversé

Etats-UnisUn Etat américain est allé à l'encontre des recommandations de son administration pour autoriser le dicamba, un cousin du glyphosate.

Un agriculteur de l'Arkansas montre les dommages du dicamba sur ses plants de soja.

Un agriculteur de l'Arkansas montre les dommages du dicamba sur ses plants de soja. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Monsanto a gagné mardi une bataille autour d'un herbicide controversé sur lequel le géant de l'agrochimie a beaucoup misé, des législateurs de l'Arkansas décidant d'aller à l'encontre de recommandations de leur propre administration en ne limitant pas l'utilisation du produit chimique.

L'agence en charge de la régulation des pesticides dans cet Etat du sud des Etats-Unis avait préconisé début novembre d'interdire le dicamba, cousin du glyphosate, dans les champs entre le 16 avril et le 31 octobre après avoir observé des problèmes importants cet été.

L'utilisation de cet herbicide a en effet soudainement bondi après la commercialisation par Monsanto de semences de soja et de coton génétiquement modifiées pour le tolérer.

Des réclamations

Mais le dicamba a aussi eu tendance à se propager sur les champs alentours, y compris les nouvelles formules censées être moins volatiles développées par Monsanto, BASF et DowDupont, déclenchant de nombreuses réclamations, en particulier dans l'Arkansas.

Un comité du Congrès de l'Etat a toutefois rejeté mardi les recommandations de l'agence et lui a demandé de retravailler sur le sujet en prenant notamment en compte «des preuves basées sur la science», selon un communiqué.

Ce comité législatif a également incité l'agence à réfléchir à une éventuelle différentiation des règles entre le nord et le sud de l'Etat et en fonction des températures et du niveau d'humidité de l'air.

«Cela représente un pas dans la bonne direction», s'est félicité auprès de l'AFP Scott Partridge, responsable de la stratégie mondiale de Monsanto. Cette décision «envoie un message très clair aux agriculteurs de l'Arkansas en reconnaissant qu'ils ont besoin de ce produit».

Débats observés

Les distributeurs du dicamba, Monsanto et BASF en tête, imputent principalement l'éparpillement de l'herbicide à sa mauvaise utilisation par les agriculteurs et assurent que les problèmes peuvent être évités grâce à une meilleure formation.

D'autres, scientifiques ou agriculteurs, assurent que la nature même du produit est en cause puisqu'il est connu pour sa propension dans certaines conditions, en particulier quand il fait chaud et humide, à se transformer en gaz et à se déplacer au gré du vent.

Les débats autour du dicamba dans l'Arkansas sont particulièrement observés aux Etats-Unis. Après la recommandation émise par l'agence début novembre, le Missouri, le Dakota du Nord et le Minnesota ont pris ou annoncé qu'ils prévoyaient de prendre des mesures restreignant l'utilisation du dicamba pendant une partie de la saison. (ats/nxp)

Créé: 13.12.2017, 08h43

Articles en relation

Le canton ne veut pas du glyphosate

Jura Le Jura entend bannir l'utilisation de l'herbicide controversé. Une action d'information a débuté en ce sens. Plus...

Pas si simple de se passer du glyphosate

Agriculture Deux agriculteurs conventionnels témoignent de leur envie de se passer de l'herbicide contesté et des difficultés pour y arriver. Plus...

Le glyphosate encore autorisé cinq ans

Pesticides Le pesticide controversé sera autorisé cinq ans de plus en Europe. Plus...

Glyphosate ou bio, l’écologie à quel prix?

L’invité Le viticulteur Eric Rochat assure que les gens de la terre la respectent. Plus...

Paris favorable à l'abandon du glyphosate

Pesticides La France aimerait que l'herbicide controversé soit retiré du marché tant que le niveau de risque n'est pas rétrogradé. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.