La montée des eaux pourrait être deux fois plus importante que prévu

Réchauffement climatique Une nouvelle étude prend en compte les effets de la fonte de la calotte glaciaire en Antarctique.

Image: ANOEK DE GROOT/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Venise engloutie? Des quartiers de Londres sous l’eau? Les Pays-Bas inondés? Tout comme New York, Miami, Shanghai ou encore Sydney? Selon une étude publiée ce jeudi dans la revue Nature, la montée des eaux pourrait être jusqu’à deux fois plus importante que prévu si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au même rythme. En prenant en compte la fonte de la calotte glaciaire en Antarctique, les mers pourraient s’élever de deux mètres d’ici à la fin du siècle. Nos petits-enfants vivraient dans un monde où les côtes seraient totalement redessinées. Et nombre d’archipels carrément disparus.

Jusqu’à présent, les estimations du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, prédisaient que dans le pire des scénarios, les eaux monteraient «seulement» de 1 mètre d’ici 2100, avec des conséquences déjà dramatiques. Mais à l’époque, il n’y avait pas encore eu assez d’études permettant de prendre en compte l’Antarctique.

Réactions en chaîne

Ce sont deux universitaires respectés, Robert DeConto du Massachussets et David Pollard de Pennsylvanie, qui signent la nouvelle étude aux conclusions alarmantes. Les deux scientifiques ont modélisé les effets sur la calotte glaciaire du réchauffement de l’atmosphère, mais aussi de celui des courants marins. Ainsi que certaines particularités de la dynamique des glaces…

Par exemple, des pluies relativement «chaudes» créent des cuvettes en surface et l’eau s’infiltrant à travers des interstices finit par fracturer les plaques. D’immenses falaises glaciaires sont soudain mises à nu. Instables, elles peuvent s’effondrer, provoquant une réaction en chaîne. En 2002, la plaque Larsen B – plus grande que le canton de Vaud – se désintégra en deux semaines!

Effondrement de la calotte glaciaire

Or, si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites à temps, l’effondrement en Antarctique de la calotte glaciaire pourrait très bien devenir inarrêtable, craignent les deux chercheurs.

Le modèle numérique développé par Robert DeConto et David Pollard a été capable de prévoir les effets de deux lointains épisodes de «déglaciation», l’un datant du Pliocène (il y a trois millions d’années) et l’autre beaucoup plus «proche» puisqu’il s’est déroulé au cours de la dernière période interglaciaire (voici 125 000 ans). Dans le premier cas, les eaux étaient 10 à 30 mètres plus élevées qu’aujourd’hui. Dans le second cas, entre 6 et 9 mètres. Pour l’avenir, leur modèle prédit que la fonte progressive de l’Antarctique provoquerait à elle seule une montée des eaux de 15 mètres d’ici 2500.

Accord de Paris insuffisant

La seule bonne nouvelle de cette étude, c’est que le même modèle ne prédit pratiquement pas de montée des eaux si nous parvenons à limiter le réchauffement à 2 degrés. Malheureusement, l’accord conclu à Paris en décembre et qui doit être signé le mois prochain à New York, a pour objectif de limiter la hausse à 2,7 degrés. Et il n’est pas contraignant.

(24 heures)

Créé: 31.03.2016, 21h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.