Morales adoube un ancien ministre, Luis Arce

Présidentielle en BolivieL'ex-président bolivien en exil en Argentine soutient la candidature de son ex-ministre de l'Economie à la présidentielle du 3 mai.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Luis Arce, ex-ministre de l'Économie du président déchu Evo Morales, sera candidat à l'élection présidentielle du 3 mai en Bolivie, a annoncé dimanche l'ancien chef de l'État lors d'une conférence de presse à Buenos Aires.

Luis Arce, qui sera secondé par l'ex-ministre des Affaires étrangères David Choquehuanca pour le poste de vice-président, sera soutenu par le Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti d'Evo Morales, des syndicats et des organisations sympathisantes, a précisé l'ex-président depuis l'Argentine où il se trouve en exil depuis plus d'un mois.

Luis Arce représente «un pont entre la ville et la campagne pour poursuivre le processus de changement. Notre mouvement paysan n'exclut ni ne rejette personne», a déclaré Evo Morales, qui a gouverné la Bolivie pendant près de 14 ans jusqu'à sa démission le 10 novembre. «Luis Arce est une garantie pour l'économie nationale», a-t-il ajouté à propos de son ex-ministre de l'Économie et des Finances publiques (2006-2017 et janvier-novembre 2019).

Père du «miracle économique»

Luis Arce et David Choquehuanca se sont rendus à Buenos Aires où une cinquantaine de dirigeants du MAS, de syndicats et d'autres organisations ont débattu, mais aucun des deux n'était présent à la conférence de presse dominicale. Les candidats seront désignés officiellement mercredi dans la capitale argentine.

Des sondages effectués avant cette annonce crédite le MAS de 20,7% des intentions de vote pour la présidentielle de mai, devant les autres candidatures. Le premier poursuivant était l'ex-président centriste Carlos Mesa (13,8%).

Luis Arce, 56 ans, originaire de La Paz, est considéré comme le père de ce que certains appellent le «miracle économique» bolivien, fondé sur un modèle de développement social, communautaire et productif.

Intérim prolongé

Après la nationalisation des hydrocarbures en 2006, qui a coïncidé avec un boom sans précédent des prix du pétrole, l'économie bolivienne a commencé à croître à un taux annuel de 4,9%, et l'extrême pauvreté a chuté de 38,2% en 2005 à 17,1% en 2018, selon les chiffres officiels.

Evo Morales a démissionné de la présidence sous la pression des forces armées après sa victoire au premier tour de l'élection présidentielle du 20 octobre, un scrutin entaché d'irrégularités selon l'Organisation des Etats américains (OEA).

La présidente par intérim, la conservatrice Jeanine Añez, a vu mi-janvier ses fonctions prolongées par la Cour constitutionnelle de Bolivie, jusqu'à ce qu'un nouvel exécutif prenne le relais après les élections. (afp/nxp)

Créé: 20.01.2020, 01h46

Articles en relation

Evo Morales compte créer des milices armées

Bolivie L'ancien président bolivien, qui s'est dit victime d'un «coup d'État», a regretté de ne pas avoir eu «un plan B». Plus...

Les Boliviens éliront leur président le 3 mai

Amérique latine Le Tribunal suprême électoral en Bolivie a annoncé vendredi une nouvelle élection présidentielle le 3 mai suite au scrutin controversé d'octobre. Plus...

Le ton monte entre la Bolivie et l'Espagne

Crise diplomatique La Paz accuse Madrid d'avoir tenté d'exfiltrer un bras droit de l'ex-président Evo Moralès, réfugié à l'ambassade du Mexique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.