Passer au contenu principal

La mort de «Cecil» porte un coup à la chasse aux lions

Des ONG réclament la fin des safaris pour riches, qui contribueraient au déclin de l’espèce. Mais l'argument fait débat.

Walter Palmer est traité de tueur non seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi près de chez lui, comme ici sur le parking de sa clinique dans le Minnesota.
Walter Palmer est traité de tueur non seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi près de chez lui, comme ici sur le parking de sa clinique dans le Minnesota.
AFP

Il n’est peut-être pas mort pour rien. Cecil, célèbre lion pour les Zimbabwéens, abattu par un dentiste américain amateur de trophées exotiques, est en passe de devenir le symbole d’ONG cherchant à faire interdire la chasse aux lions et à d’autres espèces en Afrique. On avait appris lundi que ce lion âgé de 13 ans, vedette du parc national de Hwange, avait été tué il y a deux semaines au terme d’une chasse de quarante heures. Elle avait été organisée pour un montant de 50 000 dollars.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.