Passer au contenu principal

DiplomatieMoscou bloque un projet de résolution sur la Libye

La Russie a refusé l'apparition du mot «mercenaire» dans le texte, ce qui pourrait empêcher un vote un Conseil de sécurité prochainement.

Le siège de l'ONU, à Manhattan.
Le siège de l'ONU, à Manhattan.
AFP

La Russie a bloqué mercredi à l'ONU un projet de résolution britannique sur la Libye en refusant, selon des diplomates, le mot «mercenaire» dans le texte. Cela instille le doute sur la possibilité d'un vote du Conseil de sécurité avant la fin de la semaine.

«Il y a quelques paragraphes dans la résolution qui posent problème», a déclaré à des journalistes l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, sans entrer dans les détails, à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité demandée à la hâte par Moscou. «Nous avons décidé de poursuivre les discussions avec les autres» partenaires du Conseil, a-t-il ajouté. Plus tôt, la Russie avait interrompu une procédure d'approbation du texte qui aurait pu permettre un vote jeudi ou vendredi.

Selon les amendements au projet britannique demandés par Moscou, auxquels a eu accès l'AFP, la Russie souhaite que le terme «mercenaires» soit remplacé par «combattants terroristes étrangers» dans un paragraphe soulignant «la préoccupation» du Conseil de sécurité devant leur «implication croissante en Libye». Selon une source diplomatique, lors des négociations qui durent maintenant depuis plus de deux semaines, le Royaume-Uni a eu des difficultés non seulement avec la Russie mais aussi avec les États-Unis.

Poursuite des discussions

Washington a ainsi réclamé que les «mercenaires russes du groupe Wagner» soient clairement identifiés dans le texte, avant de réduire ses prétentions en n'acceptant plus que le mot «mercenaires».

La Russie est accusée depuis plusieurs mois d'avoir soutenu l'acheminement en Libye de plusieurs milliers de mercenaires du groupe russe privé Wagner au profit du maréchal Khalifa Haftar, qui cherche depuis avril à s'emparer militairement de Tripoli. Moscou a nié toute implication.

«Les discussions continuent» au Conseil de sécurité, a confirmé à des journalistes l'ambassadrice britannique à l'ONU, Karen Pierce. «Nous voudrions avoir l'unité sur le texte» et «voulons qu'il soit adopté rapidement», a-t-elle ajouté en rappelant que deux semaines et demi s'étaient écoulées depuis le sommet de Berlin du 19 janvier, dont les conclusions doivent être entérinées par la résolution en question.

Aucune résolution jusqu'à présent

Outre la Russie, l'Afrique du Sud a aussi demandé plusieurs modifications au texte britannique, selon une source diplomatique. Depuis dix mois que dure le siège de Tripoli contrôlé par Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, le Conseil de sécurité n'a jamais réussi à se mettre d'accord sur une résolution.

Des appels à un cessez-le-feu ont été lancés, mais aucune mesure contraignante n'a été prise par l'ONU, qui déplore régulièrement que l'embargo sur les armes imposé en 2011 soit violé par de nombreuses parties - Émirats Arabes Unis, Turquie et Jordanie ont été cités - et par l'envoi de mercenaires par des États soutenant l'un ou l'autre des deux belligérants.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.