Moscou refuse de cesser les hostilités en Syrie

DiplomatieLa France avait proposé au Conseil de sécurité de l'ONU un texte appelant à l'arrêt des violences dans la région d'Idleb (Syrie). La Russie a catégoriquement refusé.

Vassily Nebenzia, l'ambassadeur russe à l'ONU, a demandé aux Occidentaux d'arrêter de «protéger les groupes terroristes».

Vassily Nebenzia, l'ambassadeur russe à l'ONU, a demandé aux Occidentaux d'arrêter de «protéger les groupes terroristes». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Russie s'est opposée mercredi à l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une déclaration réclamant une cessation des hostilités et le respect du droit international humanitaire dans le nord-ouest de la Syrie, a-t-on appris de sources diplomatiques. Ce texte avait été proposé par la France.

«La Russie a dit non», a déclaré à des journalistes l'ambassadeur français à l'ONU, Nicolas de Rivière, visiblement furieux, à l'issue d'une réunion à huis clos très tendue du Conseil. «Il n'y a pas de déclaration», «cela n'a pas été possible», a confirmé son homologue belge, Marc Pecsteen de Buytswerve, président en exercice du Conseil.

Selon des diplomates, la réunion à huis clos, qui avait suivi une réunion publique, a été marquée par des échanges «d'insultes» et une très vive tension. La Russie a reproché de manière virulente aux Occidentaux «de ne pas comprendre la position russe», a rapporté l'un de ces diplomates. «Le Conseil est complètement paralysé».

«Protéger les terroristes»

L'opposition de la Russie à l'adoption d'un texte commun appelant à l'arrêt des hostilités dans la région d'Idleb a été soutenue par la Chine, selon des diplomates. Lors de la réunion publique, l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, avait demandé aux Occidentaux d'arrêter de «protéger les groupes terroristes» et de «jouer la carte de la souffrance» de la population «dès que des groupes terroristes sont menacés» en Syrie.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, avait mis de son côté en garde le Conseil de sécurité contre un «péril imminent d'escalade» dans le nord-ouest de la Syrie, après les récentes déclarations de la Turquie et de la Russie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est attiré mercredi une sévère mise en garde de Moscou après avoir menacé de lancer bientôt une offensive militaire en Syrie contre les forces du régime de Bachar el-Assad dans la région d'Idleb.

Astana est mort

Lors de la réunion publique, l'Allemagne a lancé un appel au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres pour qu'il «entre dans l'arène» et tente de mettre fin aux hostilités actuelles. «Nous avons une responsabilité immense aux Nations unies, au Conseil de sécurité pour arrêter ce qu'il se passe», a plaidé l'ambassadeur allemand Christoph Heusgen.

Le processus dit d'Astana (réunissant Russie, Turquie, Iran) est fini, a aussi estimé l'Allemagne, appuyée sur ce sujet par le Royaume-Uni, l'Estonie ou la Belgique. En vertu de ce processus, une zone de désescalade avait été définie pour la région d'Idleb.

Lors de la réunion publique, les Etats-Unis ont apporté leur soutien dans le bras de fer actuel à la Turquie, membre de l'Otan et qui assume, a rappelé Washington, un poids considérable en accueillant des millions de réfugiés syriens.

La France avait appelé de son côté à «un sursaut collectif» pour mettre un terme à ce qui est qualifié de «plus grande crise humanitaire depuis le début du conflit en Syrie» en 2011. (ats/nxp)

Créé: 19.02.2020, 22h33

Articles en relation

La Russie réagit à une menace d'Erdogan

Syrie Le président turc a reçu une mise en garde de Moscou ce mercredi après avoir affirmé qu'une opération militaire à Idleb était «imminente». Plus...

Moscou bloque un projet de résolution sur la Libye

Diplomatie La Russie a refusé l'apparition du mot «mercenaire» dans le texte, ce qui pourrait empêcher un vote un Conseil de sécurité prochainement. Plus...

Le régime reprend le contrôle des abords d'Alep

Syrie Dimanche, les alentours de la métropole syrienne avaient été repris par les forces du président syrien. Plus...

Kremlin: «Ankara ne neutralise pas les terroristes»

Conflits en Syrie Le porte-parole du Kremlin a dénoncé ce mercredi la Turquie pour son non-respect des accords russo-turcs pour un cessez-le-feu en Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.