La motion contre le Premier ministre échoue

Pays-BasUne motion de défiance déposée après la démission du chef de la diplomatie néerlandais a été rejetée par les députés mardi.

Mark Rutte le 14 décembre 2017.

Mark Rutte le 14 décembre 2017.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les députés néerlandais ont rejeté par une grande majorité une motion de défiance mardi contre le Premier ministre Mark Rutte. Celle-ci a été déposée après la démission du chef de la diplomatie Halbe Zijlstra lors d'un débat à la chambre basse du Parlement.

La motion de défiance, rejetée avec 101 voix contre et 43 voix pour, avait été introduite par le député Geert Wilders du Parti pour la Liberté (PVV). Ce dernier avait jugé «inacceptable» que le Premier ministre, à la tête d'une coalition très fragile, n'ait pas informé les députés du scandale autour de son ministre des Affaires étrangères.

En fin d'après-midi mardi, M. Zijlstra, ministre des Affaires étrangères depuis seulement quatre mois, a démissionné. Il a admis devant les députés avoir menti sur sa présence au cours d'une rencontre en 2006 avec le président russe, Vladimir Poutine.

Mark Rutte était sous le feu des critiques. Plusieurs députés étaient furieux qu'il n'ait pas immédiatement agi après avoir été mis au courant, il y a trois semaines, du mensonge de son plus fidèle ministre.

«Erreur de jugement»

«C'était une erreur de jugement de ma part» que de ne pas informer le Parlement à ce moment-là, a-t-il admis. «Je ne pensais pas que cette affaire aurait une telle portée politique. J'ai sous-estimé l'impact de ce mensonge», a reconnu M. Rutte avant que le leader du PVV (20 sièges) Geert Wilders ne dépose la motion de défiance.

Les partis membres de la coalition ainsi que les travaillistes du PvdA (9 sièges sur les 150) ont voté contre. Les socialistes notamment (14 sièges) ont voté en faveur de la motion de défiance.

La démission de Halbe Zijlstra, membre du parti libéral VVD de Mark Rutte est le premier scandale qui secoue la fragile coalition à quatre partis formée à l'issue de négociations laborieuses en octobre. (ats/nxp)

Créé: 13.02.2018, 23h52

Articles en relation

«Après ces législatives, gouverner les Pays-Bas va être compliqué»

Législatives aux Pays-Bas Le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a consolidé sa victoire, mais il va devoir faire face à un paysage politique morcelé. Plus...

La défaite de Geert Wilders rassure l'Europe

Pays-Bas Le parti d'extrême droite de Geert Wilders n'a gagné que quatre sièges, aux législatives, mercredi soir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Affaire Girardin: Vevey en crise, paru le 19 mai
(Image: Valott) Plus...