Un mouvement «ni Hollande, ni Sarko, ni Le Pen»

FranceDes citoyens se mobilisent au sein du mouvement «La Transition» pour tenter d'offrir une alternative aux Français en 2017.

Sur le site de La Transition, lancé dimanche 17 janvier.

Sur le site de La Transition, lancé dimanche 17 janvier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En 2017, comme 3 Français sur 4, nous ne voulons plus ni de Hollande, ni de Sarkozy, et nous ne voterons pas Le Pen. Alors on fait quoi?» Parce que la transformation est selon eux «vitale» à la France et que «seule la société civile» peut la mettre en marche, une poignée de citoyens a lancé dimanche 17 janvier l'association La Transition.

Afin d'offrir aux électeurs une alternative aux grands noms qui font et défont la politique de l'hexagone depuis des décennies, La Transition «ne propose pas un nouveau parti politique», mais se décrit comme «un sursaut», un mouvement citoyen incarnant le «ça suffit!» des Français, financé exclusivement par des dons.

«Les partis politiques sont devenus synonyme de carriérisme et de conservatisme», peut-on lire sur le site internet de l'association. Celle-ci dénonce «la confiscation de la politique par une bourgeoisie d’État qui défend ses privilèges et une bureaucratie syndicale qui trahit ses adhérents en bloquant toute tentative de modernisation du pays». Face à ce constat, une seule solution, estime le mouvement: l'action.

Quelle transition?

On trouve pêle-mêle parmi ses fondateurs des entrepreneurs, des universitaires, des experts en communication ou des économistes, certains étant d'ex-collaborateurs de figures politiques. «Tous les acteurs de La Transition sont des acteurs de la vraie vie. Ils sont les mieux placés, par leur expérience, dans la vie économique et sociale pour répondre aux véritables attentes des Français» estime l'association, qui se choisira un(e) candidat(e) «hors partis» en 2017, pour un seul mandat, visant à donner au pays «un nouvel élan» et obliger la classe politique à se réinventer.

«On n’est ni de droite, ni de gauche» lance l'un d'eux, le communiquant Claude Posternak, au Journal du dimanche (ce dernier a lui-même travaillé sur la communication de Martine Aubry (PS)). Les premières propositions se basent sur un manifeste plutôt libéral pour un «nouveau partage démocratique, économique et social», offrant «plus de liberté pour les entreprises, des emplois et plus de pouvoir d'achat pour les salariés».

«L’escalade de l’Himalaya par la face nord avec des tongs»

Selon l'hebdomadaire Marianne, la multiplication des initiatives citoyennes, combinée aux taux d'abstention à chaque élection, témoignent de l'envie brûlante d'un renouveau politique en France. Le défi consiste à présent à les faire sortir «du champ théorique et intellectuel» et à prouver à ceux qui les jugent utopistes ou opportunistes qu'ils ont tort.

Nos voisins européens connaissent bien les difficultés liées à l'émergence d'un mouvement qui tente de changer les règles. «En Grèce, Syriza a bousculé la donne, avant de s'éteindre un peu une fois au pouvoir, note Marianne. En Espagne, Podemos et Ciudadanos (le parti des citoyens), une formation dirigée par Albert Rivera, ont recueilli de bons scores aux élections, compte tenu de la jeunesse de leurs mouvements. Mis à part «Nouvelle Donne», le parti de l'économiste Pierre Larrouturou qui a réuni 550'000 électeurs aux européennes de 2014, ce bouillonnement d'idées a encore du mal à trouver une traduction politique».

Pour Claude Posternak, en effet, «cela ressemble à l’escalade de l’Himalaya par la face nord avec des tongs», «mais on en surprendra plus d’un» prévient-il dans le JDD.

Créé: 18.01.2016, 19h10

Articles en relation

Un programme pour relancer l'emploi et François Hollande

France Interview Le président français veut consacrer plus de deux milliards d’euros à l’emploi. Scepticisme… chez l'économiste Charles Wyplosz. Plus...

Hollande dégage 2 milliards pour une baisse du chômage

France Le président français a détaillé ce lundi le financement et les modalités de son plan d'«urgence» contre le chômage. Plus...

Le piège de la déchéance

France La déchéance de la nationalité fragilise François Hollande. Histoire d’un autogoal. Plus...

La France de gauche envisage une primaire

France Essay Hollande est contesté par son aile gauche. Dans les colonnes de «Libération», des intellectuels appellent à se réapproprier la présidence. Plus...

Hollande se recueille sur la tombe de Mitterrand

Commémoration Vingt ans après la mort de l'ancien président, François Hollande s'est recueilli vendredi matin à Jarnac sur sa tombe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.