Les femmes non-conformistes meurent les unes après les autres en Irak

SexismeChirurgienne, activiste, esthéticienne, mannequin, blogueuse… Le pays voit disparaître ses citoyennes indépendantes

Quelques fleurs et des bougies sur la tombe de Tara Fares,
à Nadjaf. La jeune femme a été abattue au volantde sa Porsche blanche, jeudi dernier à Bagdad.

Quelques fleurs et des bougies sur la tombe de Tara Fares, à Nadjaf. La jeune femme a été abattue au volantde sa Porsche blanche, jeudi dernier à Bagdad. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Miss Irak 2015 est terrorisée. En sanglots, Chaima Kacem, 25 ans, affirme dans une vidéo diffusée samedi avoir reçu des menaces de mort particulièrement alarmantes. «Tu seras la prochaine», l’avertissent des textos envoyés peu après l’assassinat en pleine rue, jeudi dernier à Bagdad, de la jeune blogueuse et mannequin Tara Fares.

L’une comme l’autre comptent plus de 2,7 millions d’abonnés sur Instagram, où elles n’hésitaient pas, jusqu’à récemment, à s’exhiber dans des tenues jugées carrément indécentes dans une société si conservatrice. D’ailleurs, sur les réseaux sociaux, elles encaissaient les insultes. Mais à présent, il semble que les Irakiennes non-conformistes, l’une après l’autre, paient de leur vie cette liberté chèrement acquise. Voyez plutôt.

Tara Fares, 22 ans, vivait depuis trois ans à Erbil, dans le Kurdistan irakien, où elle se sentait plus en sécurité. Mais jeudi dernier, en plein jour, elle circulait au centre-ville de la capitale dans sa Porsche blanche décapotable aux fauteuils rouges, quand deux assaillants roulant en scooter se sont approchés de sa fenêtre et ont tiré trois coups de feu, le premier dans sa tête et les deux autres dans sa poitrine.

Deux jours plus tôt, c’était Souad al-Ali, 46 ans, qui était tuée par balles dans une rue fréquentée de Bassora, la ville pétrolière du sud de l’Irak. Militante des droits de l’homme et entrepreneuse, elle venait de participer à des manifestations contre la corruption et l’incurie des autorités locales.

Vague d’assassinats?

Mais déjà en août, deux personnalités de renom étaient retrouvées mortes à Bagdad, chacune à leur domicile, dans des circonstances encore inexpliquées. À la tête de l’institut de chirurgie esthétique «Barbie», Dr. Rafif al-Yasiri, 32 ans, était extrêmement populaire, elle qui animait des programmes médicaux destinés aux femmes et traitait à ses frais les enfants victimes de la guerre. Une semaine plus tard, Racha al-Hassan, directrice d’un salon de beauté très en vue, le «Viola Beauty Center», perdait la vie.

C’est peu dire que cette série de morts violentes ou suspectes a soulevé l’émotion dans un Irak déchiré. Tandis que les uns crient à la discrimination et à la bigoterie, les autres jugent ces femmes «dépravées», un présentateur de télévision allant jusqu’à dire que Tara Fares était «une pute qui méritait la mort», ni plus ni moins.

Le premier ministre Haider al-Abadi, en tout cas, a ordonné aux unités d’élite du renseignement irakien d’enquêter sur ces morts, car il y voit «des éléments laissant penser qu’il y a un plan décidé par des parties organisées pour perturber la sécurité, sous prétexte de lutter contre la dépravation», selon un communiqué diffusé vendredi soir.

Cloîtrer les femmes

«S’en prendre à des femmes qui sont des personnalités publiques, c’est tenter de les forcer à se cloîtrer chez elles!» Hanae Edwar, directrice de l’ONG Amal qui milite pour les droits de femmes, n’hésite pas à affirmer à l’AFP que ces morts sont «un message de menace envoyé aux militantes en particulier mais aussi à toute la société». (24 heures)

Créé: 04.10.2018, 20h18

Articles en relation

Le meurtre d'une blogueuse populaire filmé

Irak Une vidéo de la police montre le meurtre de la mannequin irakienne Tara Farès jeudi dernier. Elle circulait à Bagdad au volant de sa Porsche. Plus...

Émoi après l'assassinat d'une ancienne Miss

Irak Une star des réseaux sociaux a été tuée en pleine rue, certainement «punie» pour son mode de vie détonant dans la région. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...