Les accords d’évacuation se multiplient en Syrie

Moyen-OrientUne ambulance du Croissant Rouge syrien quitte Zabadani, une ville assiégée par le régime syrien depuis plus de deux ans.

Une ambulance du Croissant-Rouge syrien quitte Zabadani, une ville assiégée par le régime syrien depuis plus de deux ans.

Une ambulance du Croissant-Rouge syrien quitte Zabadani, une ville assiégée par le régime syrien depuis plus de deux ans. Image: SANA/AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En voyant à la télévision les civils, les combattants et les blessés se regrouper dans le quartier de Saylan, à Zabadani, Rawad Aloush a eu la gorge nouée. «Ils quittent leur terre, là où ils sont nés, et n’y reviendront peut-être jamais», raconte le fondateur du magazine Oxygen, originaire de Zabadani. Frontalières avec le Liban, les villes de Zabadani et Madaya étaient assiégées par le régime syrien depuis plus de deux ans. La situation s’était encore aggravée cet été avec la prise de la majorité de Zabadani par les forces loyalistes et les combattants du Hezbollah, ainsi que le durcissement du blocus de Madaya. «Ces deux derniers mois, il n’y avait plus rien à manger, cinquante personnes sont mortes de faim, plus de 700 bébés ne pouvaient plus avoir de lait. La négociation était inévitable», explique Rawad Aloush.

L’accord de Zabadani, signé en septembre entre l’Iran, les principales factions rebelles (salafistes d’Ahrar al-Cham, combattants de l’Armée syrienne libre) et le régime syrien, est entré en application lundi: 123 personnes ont été évacuées de Zabadani; elles ont rejoint Beyrouth, avant de s’envoler pour la Turquie. En contrepartie, 338 personnes ont pu quitter Foua et Kefraya, les deux derniers villages chiites de la région d’Idleb (au nord-ouest) assiégés par le Front al-Nosra, franchise syrienne d’Al-Qaida. Une seconde phase prévoit l’exfiltration de familles des villages chiites et des derniers combattants de Zabadani.

Depuis peu, les accords locaux se multiplient en Syrie, au moment où les négociations pour une transition politique globale sont de plus en plus sérieuses. L’arrangement de Zabadani fait suite à celui d’Al Waer, conclu au début de décembre, dernière poche de résistance au régime à Homs, la «capitale de la révolution syrienne». Des centaines de combattants et de civils avaient quitté le quartier sous l’égide de l’ONU. Un autre accord devait entrer en vigueur ces jours-ci, cette fois dans trois quartiers au sud de Damas. Conclu entre le régime syrien et le groupe Etat islamique – une première – il prévoit le départ de 4000 djihadistes et civils, mais a été retardé par la mort du chef rebelle Zahrane Allouche. «Le siège de quartiers entiers par l’armée syrienne finit par porter ses fruits. Après des années de blocus, habitants et combattants n’ont plus d’autre choix que de signer des accords», note un membre de l’OCHA en Syrie, le Bureau onusien pour la coordination des affaires humanitaires. Environ 400 000 personnes vivent toujours dans des zones assiégées par le régime syrien ou les groupes rebelles.

Créé: 29.12.2015, 12h54

Dossiers

Articles en relation

Les frappes en Syrie divisent le Labour

Grande-Bretagne Editorial Des députés travaillistes ont laissé entendre qu’ils allaient voter en faveur des bombardements contre Daech, malgré l’opposition de leur leader. Plus...

«Le régime syrien torture pour tuer»

Opération César La journaliste française Garance le Caisne était à Genève mardi pour présenter son livre sur la «machine de mort» de Bachar Plus...

La donne sur la Syrie bouleversée

Vienne Les participants à la conférence sur la Syrie se sont quittés sur un accord a minima et la certitude que les attentats de Paris allaient redistribuer les cartes. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.