Les belligérants libyens s'accordent sur un cessez-le-feu

Pourparlers de paixLes négociations engagées lundi à Genève sous l'égide de l'ONU ont abouti à un premier succès sur le terrain militaire.

Les forces loyales au gouvernement reconnu par l'ONU (ici sur l'aéroport de Tripoli) étaient acculées par l'armée du maréchal Haftar à 30 km au sud de la capitale.

Les forces loyales au gouvernement reconnu par l'ONU (ici sur l'aéroport de Tripoli) étaient acculées par l'armée du maréchal Haftar à 30 km au sud de la capitale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les négociations de paix en Libye qui réunissent pour la première fois une délégation de cinq officiers de l'armée du maréchal Haftar et cinq militaires de haut-rang du «gouvernement d'union nationale» (GNA) de Fayez el-Sarraj, depuis lundi ont abouti ce mardi à convenir du «principe» de transformer l'actuelle «trêve» en un «cessez-le-feu durable». Les deux camps doivent désormais déterminer comment parvenir à cet objectif, a annoncé ce mardi Ghassan Salame, l'émissaire de l'ONU en Libye.

«Après la conférence de Berlin, le 12 janvier, des objectifs ont été définis pour sortir de la crise. Le premier est économique et sera évoqué lors d'une rencontre au Caire le 9 février. Le second est militaire. Il consiste à transformer la trêve en cessez-le-feu permanent. Je suis heureux d'annoncer que les deux parties ont convenu d'étudier comment réaliser cet objectif sur le terrain en définissant quel sorte de monitoring peut se mettre en place, quel rôle peut jouer l'ONU, quel accord peut se faire pour réduire les armes lourdes», a déclaré Ghassan Salamé, selon le «Libya Herald».

Embargo sur les armes pas respecté

L'émissaire onusien a reconnu par ailleurs que l'accord obtenu à Berlin sur l'embargo sur les armes en Libye n'avait pas été respecté. Ghassan Salamé espère néanmoins qu'une nouvelle résolution sera prochainement votée au Conseil de sécurité de l'ONU pour réaffirmer cet embargo. Concernant le monitoring et l'éventuel envoi de soldats de la paix européens, Ghassan Salame indiquait que «c'était aux Libyens d'en décider».

Soutenues par les Émirats arabes unis et l'Égypte, mais aussi, quoique non officiellement par la Russie, les forces du maréchal Haftar ont reçu de nombreuses armes ces derniers mois et peuvent compter sur des mercenaires issus de sociétés militaires privées russes. Ces forces de l'Est contrôlent aujourd'hui presque tout le territoire libyen à l'exception de la capitale et de ses environs. Les forces loyalistes, elles, sont massivement soutenues par la Turquie et, dans une moindre mesure par le Qatar. Alors qu'Ankara a annoncé en janvier le déploiement de ses propres forces à Tripoli, de nombreux mercenaires, certains venant de Syrie, ont également fait leur apparition dans le camp de Farraj, relève «Le Figaro».

Créé: 04.02.2020, 17h51

Articles en relation

Vladimir Poutine s’érige en nouveau gendarme du Moyen-Orient

Russie À la manœuvre pour orchestrer la rencontre à Moscou entre les rivaux de Tripoli, le chef du Kremlin s’impose en homme fort dans la région. Plus...

Les troubles à Beyrouth et Bagdad ébranlent Téhéran

Moyen-Orient Face aux États-Unis, à Israël et à l’Arabie saoudite, l’Iran mise d’habitude sur ses «amis» en Irak, Syrie et Liban. Mais le dispositif vacille. Plus...

Le Moyen-Orient a servi de relais aux banques privées suisses

Fortune Un sondage de la Fondation Genève place financière prévoit pourtant un recul en 2020. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.