Passer au contenu principal

«Daech montre son rejet des cultes préislamiques»

La démolition du temple de Bel a été confirmée. Elle s’inscrit dans un plan de communication, explique l’archéologue suisse Denis Genequand.

Le site du temple de Bel avant et après sa destruction par Daech.
Le site du temple de Bel avant et après sa destruction par Daech.
Reuters

Des images satellites diffusées lundi soir par l’ONU ont confirmé la destruction du temple de Bel à Palmyre par le groupe Etat islamique (Daech selon son acronyme en arabe). Un acte qualifié mardi de «crime intolérable contre la civilisation», par la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova. A la fin d’août, les djihadistes de Daech avaient déjà dynamité le temple de Baalshamin et décapité l’ancien responsable des Antiquités de Palmyre, Khaled al-Assaad, âgé de 82 ans.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.