Dix ans de prison pour un célèbre opposant

Émirats arabes unisL'Émirati Ahmed Mansoor a été condamné à dix ans de prison pour avoir terni «le statut et le prestige» de son pays.

L'arrestation d'Ahmed Mansoor en mars 2017 avait suscité une vague de protestations des principales organisations de défense des droits de l'Homme, dont Human Rights Watch et Amnesty International. (Photo d'archives)

L'arrestation d'Ahmed Mansoor en mars 2017 avait suscité une vague de protestations des principales organisations de défense des droits de l'Homme, dont Human Rights Watch et Amnesty International. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le célèbre opposant émirati Ahmed Mansoor a été condamné à 10 ans de prison et à une amende d'un million de dirhams (235'000 euros) pour avoir critiqué le pouvoir et terni l'image de son pays sur les réseaux sociaux, ont indiqué jeudi des journaux progouvernementaux.

Le tribunal qui a prononcé cette condamnation à Abou Dhabi a également ordonné que M. Mansoor soit placé sous surveillance pendant trois ans après sa libération, ont précisé les quotidiens The National et Gulf News. La presse internationale n'est pas autorisée à assister à ce genre de procès aux Emirats arabes unis, où les familles régnantes ne tolèrent aucune critique de la part d'opposants.

Ahmed Mansoor, 48 ans, a été condamné pour avoir terni «le statut et le prestige des Emirats arabes unis et ses symboles», et pour avoir nui aux relations entre ce pays et ses voisins, a indiqué The National, précisant toutefois que l'opposant a été blanchi de l'accusation de complot avec une «organisation terroriste».

Tariq al-Shamsi, avocat désigné par les autorités pour le défendre, avait demandé que toutes les charges contre M. Mansoor soient abandonnées, lors d'une précédente audience. L'arrestation d'Ahmed Mansoor en mars 2017 avait suscité une vague de protestations des principales organisations de défense des droits de l'Homme, dont Human Rights Watch et Amnesty International.

«Idées tendancieuses»

Ahmed Mansoor est le lauréat 2015 du prix Martin Ennals, du nom d'un ancien secrétaire général d'Amnesty. Lors de son arrestation, le procureur chargé de la lutte contre la cybercriminalité avait accusé M. Mansoor d'avoir utilisé les réseaux sociaux pour «publier de fausses informations» et d'avoir propagé «des idées tendancieuses de nature à semer la sédition et le sectarisme».

On lui avait aussi reproché de porter atteinte à «l'unité nationale et à la paix sociale et d'avoir nui à la réputation de l'Etat et incité à la désobéissance». M. Mansoor avait déjà été condamné à trois ans de prison en 2011 --au début du Printemps arabe-- lors d'un premier procès jugé «manifestement injuste» par des groupes de défense des droits de l'Homme.

Il avait été jugé coupable, avec quatre autres personnes, d'avoir «utilisé internet pour insulter les dirigeants des Emirats arabes unis». L'opposant avait été pardonné par le président la même année, mais privé de son passeport et interdit de voyage à l'étranger. (afp/nxp)

Créé: 31.05.2018, 06h59

Articles en relation

Des entreprises suisses ont importé de l'or sale

Baselworld La Société pour les peuples menacés publie jeudi un rapport dans lequel elle révèle que des affineurs helvètes ont importé de l'or à risques provenant du Pérou ou des Emirats arabes unis. Plus...

Les Emirats veulent rebâtir le minaret penché

Mossoul Les Emirats arabes unis souhaitent reconstruire la mosquée Al-Nouri, connue pour son minaret penché détruit en juin 2017. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...