Les foyers de tension se multiplient en Syrie, l’ONU est totalement impuissante

SyrieFaute d’accord de cessez-le-feu, une nouvelle catastrophe humanitaire semble inéluctable.

Dans la Ghouta orientale, près de Damas, les raids aériens conduits avec l’appui de l’armée russe ont déjà fait plus de 220 morts, dont une cinquantaine d’enfants.

Dans la Ghouta orientale, près de Damas, les raids aériens conduits avec l’appui de l’armée russe ont déjà fait plus de 220 morts, dont une cinquantaine d’enfants. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Syrie est-elle sur le point de s’embraser à nouveau? Le Conseil de sécurité, qui s’est réuni jeudi soir, n’est pas parvenu à arracher de cessez-le-feu dans les zones où les combats font rage. Après l’échec de la conférence de Sotchi, à la fin de janvier, les experts avaient prédit une nouvelle escalade de la violence. Ils avaient vu juste. Plusieurs fronts se sont ouverts avec en toile de fond un bras de fer qui ne dit pas son nom entre les États-Unis et la Russie.

Dans le nord, l’offensive contre les forces kurdes repliées dans l’enclave d’Afrin piétine. Les combats auraient déjà fait au moins 150 morts et 400 blessés parmi les civils. Erdogan ne relâche pas la pression. Le président turc ne veut pas entendre parler d’un proto-État kurde en Syrie. Il craint que cela ne donne des idées aux indépendantistes du PKK. Aujourd’hui, l’opération Rameau d’olivier, lancée le 20 janvier dernier avec l’accord tacite de Moscou, ressemble de plus en plus à un piège.

Les combattants kurdes qui défendent Afrin appartiennent aux Forces démocratiques syriennes (FDS), partenaires de la coalition internationale contre l’organisation État islamique (EI) emmenée par Washington. Elles sont extrêmement bien formées et, bien qu’elles soient coupées des bases tenues par les forces américaines et françaises, elles reçoivent des renforts en armes et en hommes.

Dans la Ghouta orientale, près de Damas, l’armée syrienne s’emploie à reprendre le contrôle des zones tenues par les rebelles. Les raids aériens conduits avec l’appui de l’armée russe ont déjà fait plus de 220 morts, dont une cinquantaine d’enfants. Près de 400 000 habitants se retrouvent ainsi pris au piège. La promesse de faire des villes concernées des «zones de désescalade» s’est volatilisée. Des armes chimiques auraient même à nouveau été utilisées. Les ONG craignent une nouvelle catastrophe humanitaire. «S’il n’y a pas de cessez-le-feu, nous ne pouvons imaginer l’ampleur de la catastrophe à venir», avertit Joelle Bassoul, responsable de la communication pour la Syrie à l’ONG CARE International. À New York, la directrice de l’Unicef, Henrietta H. Fore, se dit extrêmement choquée. «Ce qui se passe atteste d’un mépris total pour la protection, la sécurité et le bien-être des enfants», dénonce-t-elle. Le Collectif des amis d’Alep et les Femmes pour la démocratie appellent à manifester samedi à 14 h sur la place des Nations à Genève.

À l’Est, dans la province de Deir Ez-Zor, la tension est à son comble. Mercredi, les États-Unis ont mené des raids contre les forces prosyriennes. En représailles, a expliqué Washington, à une attaque contre le quartier général de la coalition arabo-kurde, qu’il soutient. Au moins 100 soldats prorégime ont péri. L’incident s’est produit à moins de dix kilomètres à l’est d’une ligne de démarcation fixée par la Russie et les États-Unis le long de l’Euphrate. Pour l’état-major américain, il s’agissait d’une opération d’«autodéfense». Mais pour Moscou, il s’agit d’un acte «criminel». Selon l’universitaire Thomas Pierret, spécialiste de la Syrie, il y a peu de chance pour que les choses «s’enveniment» sur ce dernier front. Damas n’y a pas intérêt. Son armée ne peut pas tenir tête aux forces américaines.

(24 heures)

Créé: 09.02.2018, 21h47

Articles en relation

L’étau turc se resserre sur Afrine

Syrie Soumis aux bombardements de l’aviation turque sur la province d’Afrine, les civils réfugiés dans la ville éponyme redoutent un siège impitoyable. Plus...

Les Kurdes, premières victimes de l’après-Daech

Syrie Pris en étau dans le conflit qui oppose les États-Unis et la Russie sur sol syrien, les Kurdes, fer de lance de la lutte antidjihadistes, trinquent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...