«L’Iran aura à répondre des massacres de 1988»

Droits de l'hommeLa pression est de plus en plus forte pour obtenir l’ouverture d’une enquête sur l’exécution de milliers d’opposants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En août dernier, le fils de l’ayatollah Hossein Ali Montazeri a rendu public un enregistrement audio dans lequel on entend son père, décédé en 2009, évoquer l’exécution en 1988 de milliers d’opposants parmi lesquels des femmes des enfants.

Au total, plus de 33 000 personnes auraient été la cible d’une purge sanglante orchestrée par le régime pour faire taire toute contestation. Parce que les preuves et les témoignages abondent, une vingtaine d’ONG, parmi lesquelles Amnesty International et Human Rights Watch, ont joint leurs voix aux opposants iraniens pour exhorter la communauté internationale et l’ONU à ne pas laisser ces crimes impunis.

«Aujourd’hui, la nouvelle génération réclame des comptes sur ce qui s’est passé il y a trente ans. L’Iran aura à répondre des massacres de 1988», explique Azadeh Zabeti, vice-présidente du Comité des avocats anglo-iraniens mandatée par les familles des victimes de ce «massacre de masse». «Il y a eu un crime contre l’humanité. Les preuves sont là. Il faut ouvrir une enquête et poursuivre les auteurs», poursuit Tahar Boumedra, expert juridique et ancien chef du Bureau des droits de l’homme de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak.

Alors que se tient la session de printemps du Conseil des droits de l’homme, le Conseil national de la résistance iranienne multiplie les rencontres avec les diplomates pour essayer d’obtenir la création d’une commission d’enquête. Evidemment, les intéressés n’ignorent pas que l’accord sur le nucléaire iranien et le retour de l’Iran dans le jeu diplomatique leur complique la tâche mais ils font observer que la question de la lutte contre l’impunité est devenue centrale. S’ils savent n’avoir aucune chance de voir les responsables des massacres de 1988 renvoyés devant la Cour pénale internationale, ils ne désespèrent pas de voir certains tribunaux engager des poursuites en vertu de leur compétence universelle à juger des crimes contre l’humanité.

Le chemin sera long mais les opposants iraniens sont patients. Ils viennent de marquer un tout premier point. Le dernier rapport du rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en Iran mentionne «l’exécution de milliers de dissidents» en 1988. Azadeh Zabeti et Tahar Boumedra rappellent que le pouvoir iranien lui-même n’a pas démenti les faits. Autrement dit, la communauté internationale ne peut plus faire comme si ce crime contre l’humanité n’avait jamais existé.

(24 heures)

Créé: 15.03.2017, 18h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...