Un missile de la rébellion yéménite abattu vers Ryad

Arabie saouditeLes rebelles Houthis ont tiré un missile balistique vers la capitale saoudienne à quelques heures de la visite de Donald Trump.

Les rebelles contrôlent la capitale Sanaa depuis 2014 et restent maîtres de vastes régions du pays. (Photo d'archives)

Les rebelles contrôlent la capitale Sanaa depuis 2014 et restent maîtres de vastes régions du pays. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un missile balistique tiré par des rebelles yéménites a été abattu vendredi soir au sud-ouest de Ryad, quelques heures avant l'arrivée prévue du président américain Donald Trump dans la capitale saoudienne.

Les unités de la défense aérienne «ont intercepté un missile balistique qui a été lancé par les milices Houthis», et il est tombé dans une zone inhabitée située à 180 km au sud-ouest de Ryad, a annoncé la coalition militaire arabe sous commandement saoudien dans un communiqué.

La chaîne de télévision Al-Masirah, contrôlée par les Houthis, a confirmé sur Twitter que les rebelles chiites «ont tiré un missile balistique Volcano-2 vers la capitale de l'Arabie saoudite». Dans d'autres tweets, la télévision indique que ce tir coïncide avec des frappes aériennes de la coalition contre la capitale yéménite Sanaa.

Visite de Trump

Depuis le début de l'intervention de la coalition arabe au Yémen, en mars 2015, au moins 130 militaires et civils saoudiens ont été tués dans le sud de l'Arabie saoudite, généralement par des tirs de roquettes ou dans des escarmouches frontalières.

En deux ans, les rebelles ont tiré 47'847 roquettes contre le territoire saoudien, visé aussi par «48 missiles balistiques, qui ont tous été interceptés» par la défense anti-aérienne du royaume, avait indiqué mi-avril le porte-parole de la coalition, le général Ahmed Assiri.

Le missile intercepté vendredi soir a parcouru la plus longue distance jamais atteinte par les précédents tirés par les rebelles Houthis et leurs alliés vers leur voisin du nord, depuis que ceux-ci ont commencé à lancer des attaques de représailles il y a deux ans.

Ce nouveau tir intervient alors que le président américain est attendu samedi matin en Arabie saoudite, première étape d'une tournée diplomatique particulièrement dense - cinq pays en huit jours - qui doit l'emmener ensuite en Israël, dans les territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile où il participera au sommet du G7. Il prononcera dimanche devant plus de 50 dirigeants de pays musulmans un discours sur l'islam.

Soutien militaire américain

Ryad, qui devrait finaliser une série d'accords avec les Etats-Unis sur des ventes d'armes pour plus de 100 milliards de dollars à l'occasion de la visite de Donald Trump, dispose de l'armée la mieux équipée du Moyen-Orient derrière Israël.

Le royaume sunnite, un des principaux acheteurs d'armes au monde, est l'un des partenaires clés des Etats-Unis dans la région, face à la République islamique d'Iran et dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak. Ryad espère que l'arrivée au pouvoir de l'administration Trump va lui permettre de réchauffer ses relations avec Washington, après la froideur des années Obama.

En décembre, l'administration Obama avait décidé de bloquer une vente de munitions à guidage de précision à l'Arabie saoudite, en raison du grand nombre de victimes civiles au Yémen. Washington apporte un soutien militaire limité à la coalition arabe, sous forme de ravitaillement aérien et de renseignement.

8000 morts depuis mars 2015

La coalition militaire sous commandement saoudien intervient au Yémen depuis mars 2015, en soutien au gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales aux rebelles Houthis, alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh. Les rebelles, accusés d'être appuyés par l'Iran chiite, contrôlent la capitale Sanaa depuis 2014 et restent maîtres de vastes régions du pays.

Selon les Nations unies, les civils constituent la majorité des quelque 8000 morts et 45'000 blessés du conflit depuis mars 2015. Les effets indirects de la guerre sur les civils sont très lourds, selon l'ONU qui parle de 19 millions de personnes, soit 60% de la population, vivant en situation d'insécurité alimentaire.

L'ONU tente de relancer les efforts de paix mais sans perspective de reprise rapide des négociations entre les parties en conflit. Sept trêves, négociées par l'ONU, ont volé en éclats depuis le début du conflit. (afp/nxp)

Créé: 20.05.2017, 05h57

Articles en relation

Etat d'urgence à Sanaa en raison du choléra

Yémen Une épidémie de choléra dans la capitale contrôlée par la rébellion houthie a déjà tué des dizaines de personnes. Plus...

La Suisse donne plus de 40 millions sur trois ans

Yémen Pour faire face à la grave crise humanitaire qui touche le Yémen, la Suisse va ouvrir les cordons de sa bourse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...