Des policiers israéliens entrent en force dans une mosquée

JérusalemIl est extrêmement rare que des policiers israéliens pénètrent à l'intérieur du troisième lieu saint de l'islam.

Image: DR - Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des policiers israéliens sont entrés dimanche matin dans la mosquée al-Aqsa à Jérusalem-Est, pour déloger des Palestiniens qui s'y sont barricadés. Il est extrêmement rare que des policiers israéliens pénètrent à l'intérieur du troisième lieu saint de l'islam.

Des échauffourées ont eu lieu dans la nuit et dimanche matin. Elles ont été déclenchées par la venue dans la nuit de samedi à dimanche de milliers de juifs dans la Vieille ville. Si la grande majorité s'est rendue au Mur des Lamentations, certains ultra-orthodoxes auraient tenté de prier aux abords de l'esplanade des Mosquées.

Selon un communiqué de la police, ce sont «des émeutiers masqués», des musulmans barricadés dans la mosquée, qui «ont commencé à jeter des pierres et des projectiles de l'intérieur de la mosquée en direction des policiers, dont certains ont été blessés».

«Pour prévenir une escalade et des heurts, la police est entrée quelques mètres dans l'édifice et a fermé les portes de la mosquée afin de rétablir l'ordre», est-il ajouté. Des photos diffusées par la police ont montré les portes en bois du lieu de culte arrachées, des tapis déchirés ainsi que des pierres jonchant le sol.

Statut hérité de 1967

L'Esplanade des mosquées, que les juifs appellent le Mont du temple, est régie par un statu quo hérité du conflit de 1967 qui veut que si juifs et musulmans peuvent se rendre sur le site sacré qui surplombe l'ultra-touristique Vieille ville de Jérusalem, les juifs n'ont pas le droit d'y prier.

Dans la nuit de samedi à dimanche, les juifs ont entamé les commémorations de Tisha B'av, qui marque la destruction des deux temples qui se trouvaient sur l'Esplanade - et dont le Mur des Lamentations en contrebas des mosquées en est le dernier vestige.

Des heurts similaires avaient eu lieu en novembre. L'Etat hébreu avait alors pris la décision rarissime de fermer l'Esplanade des mosquées, provoquant une crise diplomatique avec la Jordanie, en charge du lieu saint.

Amman avait rappelé son ambassadeur durant trois mois et Palestiniens, Jordaniens et une partie de la communauté internationale avaient mis en garde contre une modification du statu quo qui pourrait embraser la région, alors que Jérusalem était en proie à une spirale de violences et d'attentats.

(ats/nxp)

Créé: 26.07.2015, 09h43

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...