Passer au contenu principal

«Affaire Khashoggi ou pas, la guerre au Yémen est ignorée»

Pris entre la coalition et les rebelles houthis, les civils meurent dans l’indifférence générale. MSF témoigne.

Deux jeunes garçons déposent une photo sur la tombe de leur ami, tué dans une coalition mené par l'Arabie Saoudite au nord du Yémen.
Deux jeunes garçons déposent une photo sur la tombe de leur ami, tué dans une coalition mené par l'Arabie Saoudite au nord du Yémen.
REUTERS

La polémique fait rage depuis l’assassinat présumé du journaliste Jamal Khashoggi en plein consulat saoudien à Istanbul. Les critiques pleuvent sur Riyad, la communauté internationale faisant mine de découvrir que le prince héritier Mohamed ben Salmane tient davantage de l’autocrate sans pitié que du réformateur éclairé. Pourtant, celui que tout-le-monde a surnommé «MBS» s’est déjà illustré par une répression sans précédent dans le royaume wahhabite. Et il a lancé ses forces aériennes dans la guerre du Yémen, plongé dans la pire crise humanitaire du monde, dans l’indifférence générale. Médecins sans frontières figure parmi les rares ONG internationales déployées sur le terrain. Responsable de programme pour ce pays, Charles Gaudry dresse à Genève un tableau alarmant et appelle toutes les parties à protéger enfin les civils.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.