Passer au contenu principal

SyrieSeuls deux raids russes ont ciblé l'EI, selon la Turquie

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a indiqué mercredi que les frappes de Moscou avaient avant tout visé l'opposition syrienne.

Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)
Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)
Keystone
Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)
Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)
AFP
Depuis 2011, la Syrie est déchirée par un conflit armé qui a fait plus de 250'000 morts. Début 2014, le groupe djihadiste Etat islamique a commencé à intensifier son activité dans la région du Proche-Orient en cherchant à créer un califat sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle.
Depuis 2011, la Syrie est déchirée par un conflit armé qui a fait plus de 250'000 morts. Début 2014, le groupe djihadiste Etat islamique a commencé à intensifier son activité dans la région du Proche-Orient en cherchant à créer un califat sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle.
AFP
1 / 111

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a affirmé mercredi que seuls deux raids aériens russes avaient ciblé le groupe de l'Etat islamique (EI) en Syrie. Il a accusé Moscou de viser plutôt l'opposition modérée dans ce pays.

«Seules deux des 57 frappes de la Russie ont visé Daech» (l'acronyme arabe de l'EI), et les autres l'opposition modérée en Syrie, soutenue par la Turquie et les Etats-Unis, a dit M. Davutoglu devant la presse. Ces chiffres proviennent des renseignements militaires turcs, a-t-il expliqué.

«Si l'opposition syrienne est affaiblie, c'est Daech qui en sortira renforcé (...) S'il y a une lutte contre Daech, faisons-la ensemble», a-t-il dit dans des propos télévisés.

Le chef du gouvernement a en outre prévenu que la Turquie ne fera «pas de concessions» au sujet des violations de son espace aérien à la frontière syrienne par des chasseurs russes.

Discussions «franches et amicales»

M. Davutoglu a souligné que la Turquie «ne veut pas de tensions avec la Russie», avec lequel elle a d'étroits rapports commerciaux. Mais il a tenu à préciser que «l'espace turc est aussi naturellement l'espace de l'OTAN».

«Nous discutons (des violations) avec la partie russe d'une manière franche et amicale (...) Nous attendons de la Russie qu'elle prenne en compte les inquiétudes sécuritaires de la Turquie», a-t-il ajouté.

La Turquie a dénoncé des violations de son espace lors du week-end par des avions russes. Ankara a convoqué l'ambassadeur de Russie pour lui faire part de sa «ferme protestation».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.