Ambassade US attaquée: la Suisse convoquée

IrakAprès l'attaque mardi à Bagdad du bâtiment, les manifestants se retiraient peu à peu mercredi du secteur. Téhéran a appelé le représentant suisse.

L'ambassade américaine à Bagdad a été prise d'assaut mardi pour obtenir le départ des Américains d'Irak après des raids aériens qui ont fait 25 morts dans les rangs des forces pro-Iran.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a condamné mercredi «la malveillance» des Etats-Unis après des frappes américaines contre une force pro-iranienne en Irak. Il averti que l'Iran était prêt à répondre à toute «menace» contre son territoire.

Le ministère des Affaires étrangères iranien a de son côté convoqué le chargé d'affaires suisse à Téhéran après des propos «bellicistes de responsables américains en violation de la charte des Nations unies», selon un communiqué.

La Suisse représente les intérêts des Etats-Unis en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays depuis la prise en otage du personnel de l'ambassade américaine à Téhéran par des étudiants iraniens en 1980, consécutive à la révolution islamique.

«Le gouvernement, la nation iranienne et moi-même condamnons avec force la malveillance des Etats-Unis», a déclaré sur Twitter l'ayatollah Khamenei, réagissant aux raids contre des bases d'une faction chiite dans l'ouest de l'Irak. Dans un discours retransmis à la télévision, il a aussi condamné le «crime américain».

Dimanche, les avions américains ont bombardé dans l'ouest irakien des bases des Brigades du Hezbollah, une faction accusée par Washington d'être derrière des tirs de roquettes ayant tué vendredi un sous-traitant américain dans une base militaire du nord de l'Irak. Les raids américains ont tué 25 combattants.

Le président américain Donald Trump a menacé mardi de faire payer le «prix fort» à l'Iran qu'il accuse d'être derrière une attaque de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad par des milliers de manifestants pro-Iran protestant contre les raids.

En réponse à M. Trump, l'ayatollah Khamenei a affirmé: «ce type a tweeté que (les Etats-Unis) considèrent l'Iran comme responsable des évènements à Bagdad et qu'ils répondront à l'Iran».

«Premièrement, vous ne pouvez rien faire. Tout cela n'a rien à voir avec l'Iran», a-t-il dit. «Deuxièmement, faites preuve d'un peu de bon sens (...) les peuples de cette région détestent l'Amérique. Pourquoi les Américains ne comprennent-ils pas cela? (...) Vous avez commis des crimes en Irak et en Afghanistan, vous avez tué des gens».

«Nous nous défendrons»

L'ayatollah Khamenei a averti que son pays était prêt à répondre à toute menace. «Nous confronterons sans hésitation quiconque menacera les intérêts, la dignité, le progrès et la grandeur de notre nation et nous nous défendrons».

«Si la République islamique décide de lutter ou de se battre contre un pays, elle le fera explicitement», a-t-il ajouté, vraisemblablement en référence à l'Irak, pays voisin où l'Iran a vu son influence croître au détriment des Etats-Unis.

«Nous ne trainerons jamais le pays (l'Iran) vers la guerre. Mais si d'autres veulent imposer quoi que ce soit à notre pays, nous nous y opposerons avec toute notre force», a encore affirmé le numéro un iranien.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a indiqué avoir demandé au chargé d'affaires suisse d'informer les Etats-Unis que «l'Irak est un pays indépendant». Selon le texte, l'armée américaine a tué «25 jeunes Irakiens et blessé de nombreux autres sans apporter la moindre preuve de leur responsabilité» dans l'attaque à la roquette qui a tué un Américain.

«Naturellement, le peuple irakien a réagi face aux (Etats-Unis) qui occupent leur pays et tuent ses jeunes», a ajouté le ministère en allusion aux manifestants pro-Iran qui ont attaqué mardi l'ambassade américaine.

Les tensions entre Washington et Téhéran n'ont cessé de s'intensifier depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, assorti du retour de lourdes sanctions américaines contre l'Iran. (ats/nxp)

Créé: 01.01.2020, 15h46

Image

Articles en relation

Trump menace de faire payer «LE PRIX FORT» à l'Iran

Etats-Unis Le président américain tient l'Iran pour «responsable» des violences commises à l'ambassade à Bagdad. Plus...

L'ambassade américaine attaquée à Bagdad

Irak La foule en colère protestait contre des raids américains en Irak. L'ambassade a riposté. Trump a accusé l'Iran d'être derrière cette attaque. Plus...

Téhéran s’immisce dans les négociations irakiennes

Bagdad Avant même que le parlement irakien n'accepte la démission du premier ministre, les partis débattent de sa succession. Le général iranien Soleimani a aussi rejoint les négociations. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.