Passer au contenu principal

La Turquie renvoie des Syriens sous les bombes

Plusieurs milliers de réfugiés auraient déjà été déportés vers Idlib, dans le nord de la Syrie, en pleine offensive du régime de Bachar el-Assad.

À Istanbul, la police veille lors d’une manifestation contre la politique du gouvernement turc concernant les réfugiés le 27 juillet dernier.
À Istanbul, la police veille lors d’une manifestation contre la politique du gouvernement turc concernant les réfugiés le 27 juillet dernier.
Reuters

«Il y a des bombardements tout le temps. C’est l’enfer ici. Nous sommes à 20 kilomètres du front. Nous n’avons presque rien à manger», raconte au téléphone Omar, 27 ans, depuis la province rebelle d’Idlib, dans le nord de la Syrie. Il vit à Jisr al-Choghour, une ville tenue par le Hayat Tahrir al Sham (HTS, ex-Al-Qaida), la force dominante de la rébellion syrienne. Pourtant, il y a peu, Omar vivait encore à Istanbul, loin des combats. Le 20 juillet, en pleine nuit, la police frappe à la porte du dortoir où il loge. Trente-six heures plus tard, il est de retour en Syrie. «Je suis endetté jusqu’au cou. Je n’ai pas les moyens de repartir. Je vais devoir vivre sous les bombes», souffle-t-il.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.