Mugabe menacé par l'armée?

ZimbabweUn convoi militaire en mouvement a été vu mardi près de la capitale zimbabwéenne, Harare.

Tensions entre le président Mugabe et son chef de l'armée.

Tensions entre le président Mugabe et son chef de l'armée. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le convoi militaire aperçu près de la capitale vient s'ajouter au climat de tension au lendemain d'une mise en garde sans précédent du chef de l'armée à l'encontre du président Robert Mugabe.

«J'ai vu un long convoi de véhicules militaires, dont des chars (...) Je ne sais pas dans quelle direction ils allaient», a déclaré une vendeuse près du centre commercial Westgate, à environ 10 km du centre de la capitale. Une deuxième témoin, au même centre commercial, a confirmé avoir vu le convoi. Plusieurs autres personnes ont également témoigné mardi sur les réseaux sociaux l'avoir vu.

La raison de la présence de ce convoi n'était pas claire dans l'immédiat. Le porte-parole de l'armée n'était pas joignable pour le moment.

Chef de l'armée accusé

Ces événements ajoutent à l'incertitude régnant dans le pays depuis la décision la semaine dernière du président Mugabe, 93 ans, de révoquer le vice-président Emmerson Mnangagwa, longtemps pressenti comme dauphin du président.

«On voit très rarement des chars dans les rues. Normalement, ils se déplacent peu», a relevé Derek Matyszak, analyste à l'Institut des études sécuritaires, basé à Pretoria.

«Chiwenga (chef de l'armée, NDLR) a lancé un défi à Mugabe (...) Mugabe n'a pas répondu dans l'immédiat mais il serait opportun pour Chiwenga d'organiser des manoeuvres militaires pour faire monter les enchères», a-t-il estimé.

Pour sa part, le parti du président Mugabe a accusé mardi le chef de l'armée de «conduite relevant de la trahison» après que ce dernier eut adressé lundi une mise en garde sans précédent au chef de l'Etat. Dans un communiqué, ce parti, la Zanu-PF, affirme que les critiques du chef de l'armée sont «clairement destinées à perturber la paix nationale (...) et démontrent une conduite relevant de la trahison de sa part étant donné que cela a été fait pour encourager au soulèvement».

Mise en garde

L'ancien vice-président Mnangagwa, 75 ans, a été humilié et démis de ses fonctions et a fui le pays, après un bras de fer avec la première dame, Grace Mugabe, 52 ans. Figure controversée connue pour ses accès de colère, Mme Mugabe compte de nombreux opposants au sein du parti et du gouvernement.

Dans une mise en garde sans précédent, le chef de l'armée, le général Constantino Chiwenga, a dénoncé lundi l'éviction du vice-président du pays et prévenu que l'armée pourrait «intervenir» si cette «purge» ne cessait pas au sein du parti présidentiel.

Ses déclarations semblent viser les efforts de plus en plus offensifs de Grace Mugabe pour se rapprocher du pouvoir et critiquer ses opposants, dont M. Mnangagwa. Avec l'éviction de ce dernier, elle se retrouve en position idéale pour succéder à son époux. (ats/nxp)

Créé: 14.11.2017, 21h29

Articles en relation

Mugabe comparé à un lutin: Américaine libérée

Zimbabwe La jeune femme accusée d'avoir insulté le président Mugabe sur Twitter est libre. Son avocat a expliqué cette décision par la faiblesse du dossier retenu contre elle. Plus...

Festin pour Mugabe, en pleine crise alimentaire

Zimbabwe Malgré la crise alimentaire et économique, le président s'organise un festin d'anniversaire à 800'000 dollars. Plus...

Robert Mugabe l'insubmersible souffle ses 91 bougies

Zimbabwe La Constitution zimbabwéenne lui permet théoriquement de rester au pouvoir jusqu'à 99 ans. Son pays, ruiné, compte offrir à son président une fête grandiose. Plus...

Mugabe comparé à un lutin: une femme détenue

Zimbabwe Une Américaine a comparu samedi au Zimbabwe pour avoir comparé le président à un lutin. Elle a été placée en détention. Plus...

Mme Mugabe en justice pour une bague à 1,3 million

Zimbabwe L'épouse du président zimbabwéen, Grace Mugabe, a lancé des poursuites contre un homme d'affaires libanais qui ne lui a pas remis une bague en diamants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...