Passer au contenu principal

Des multinationales veulent réduire leurs émissions

Ces grandes entreprises veulent montrer qu'il est possible d'aller au-delà des promesses de participation à la lutte contre le réchauffement climatique.

Quelque 200 pays, dont la Suisse, se retrouvent lundi à Bonn pour avancer vers la mise en oeuvre de l'accord de Paris. (Dimanche 29 avril 2018)
Quelque 200 pays, dont la Suisse, se retrouvent lundi à Bonn pour avancer vers la mise en oeuvre de l'accord de Paris. (Dimanche 29 avril 2018)
AFP
Selon le secrétaire général de l'ONU, grâce aux efforts des villes et des Etats, les USA sont en bonne voie d'honorer les objectifs de la COP21. (Jeudi 29 mars 2018)
Selon le secrétaire général de l'ONU, grâce aux efforts des villes et des Etats, les USA sont en bonne voie d'honorer les objectifs de la COP21. (Jeudi 29 mars 2018)
Keystone
La chanteuse britannique Charlotte Church. (Dimanche 29 novembre 2015)
La chanteuse britannique Charlotte Church. (Dimanche 29 novembre 2015)
AFP
1 / 80

Plus de 100 multinationales se sont engagées mardi à se doter d'objectifs chiffrés de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Le respect de cet engagement sera établi par des évaluations indépendantes.

Cette initiative a été annoncée à l'occasion de la COP21, la Conférence des Nations unies sur le climat à Paris. Elle vise à démontrer la volonté de ces grandes entreprises d'aller au-delà des promesses - souvent imprécises - de participation des acteurs économiques à la lutte contre le réchauffement climatique.

Les Nations unies et plusieurs organisations non-gouvernementales, comme le World Resources Institute (WRI) américain, tentent de convaincre le monde des affaires de s'engager sur des objectifs chiffrés depuis la signature du protocole de Kyoto en 1997.

Dans l'accord annoncé mardi, 114 entreprises s'engagent à fixer dans les deux ans des objectifs chiffrés conformes à ce que les Nations unies estiment nécessaire pour contenir à 2°C le réchauffement climatique mondial.

Deux milliards de barils de pétrole

Parmi les sociétés signataires, dix, dont Dell, Enel, Sony, Procter & Gamble et Thalys, disposent déjà d'objectifs approuvés par des ONG. Ces engagements correspondent à près de deux milliards de barils de pétrole économisés. Le groupe agroalimentaire américain Kellogg s'est par exemple engagé à réduire de 15% ses émissions par tonne produite d'ici 2020 par rapport au niveau actuel, précise le communiqué commun.

«C'est une question qui est au coeur de nos activités puisqu'il s'agit de savoir si nous aurons suffisamment accès à l'alimentation sur le long terme», a déclaré Diana Holdorf, l'une des principales dirigeantes du groupe, à Paris. «La sécurité de l'approvisionnement est cruciale pour nos activités.»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.