Les municipales tunisiennes repoussées

ElectionsLes 1ères municipales, six ans après la révolution qui a renversé Ben Ali, n'auront pas lieu en mars, date initialement prévue.

le chef de l'instance électorale (ISIE), Mohamed Chafik Sarsar a officialisé l'ajournement des premières élections municipales depuis la destitution de Ben Ali. (Image - 26 avril 2016)

le chef de l'instance électorale (ISIE), Mohamed Chafik Sarsar a officialisé l'ajournement des premières élections municipales depuis la destitution de Ben Ali. (Image - 26 avril 2016) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les élections municipales en Tunisie ne pourront pas se tenir en mars 2017 comme prévu en raison de «blocages», a affirmé lundi le chef de l'instance électorale (ISIE), Chafik Sarsar. «On oublie (cette date). N'en parlons plus», a-t-il déclaré à la radio privée Express FM.

Les autorités n'avaient pas officiellement fixé de date à ces élections, mais elles avaient indiqué qu'elles devraient se tenir soit le 12, soit le 19, soit le 26 mars 2017.

Prévoir une nouvelle date est «lié à (...) l'adoption de la loi électorale», a expliqué Chafik Sarsar. Or «aujourd'hui, on sait qu'il n'y a aucune visibilité et les aléas sont nombreux. Quand va se faire l'adoption? On ne sait pas», a regretté le responsable, évoquant «un processus bloqué».

Délégations spéciales

Rappelant que la loi aurait dû être promulguée il y a plusieurs semaines pour que s'enclenche le processus électoral, Chafik Sarsar a déploré que les vacances parlementaires soient arrivées sans que cela soit fait.

Dans un entretien à l'AFP en avril, Chafik Sarsar avait jugé «pas normal du tout» que la Tunisie n'ait toujours pas de municipalités élues, près de six ans après la révolution qui a emporté la dictature de Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011.

Après ce soulèvement, les municipalités avaient été dissoutes et remplacées par des «délégations spéciales» chargées de gérer les affaires courantes.

Le Parlement tunisien a retiré le 30 juillet sa confiance au chef du gouvernement Habib Essid, accusé d'inefficacité. Son successeur désigné, Youssef Chahed, a lancé des consultations pour la formation d'un gouvernement dit d'union nationale, une initiative du président Béji Caïd Essebsi. (ats/nxp)

Créé: 09.08.2016, 01h04

Articles en relation

Un nouveau premier ministre en Tunisie

Politique Youssef Chahed, 40 ans, est chargé de former un gouvernement d'union. Son prédécesseur a perdu un vote de confiance samedi. Plus...

Le gouvernement perd la confiance du parlement

Tunisie Le président Essebsi avait demandé un cabinet d'union nationale. Plus...

Le père de l'auteur de la tuerie de Nice témoigne

France Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait fait une dépression au début des années 2000 et n'avait pas de lien avec la religion, a affirmé son père en Tunisie. Plus...

Premier ramadan sans attentat depuis 2012

Tunisie Le pays fait face à un essor de la mouvance djihadiste. Pour parer la menace, des mesures ont été prises. Plus...

La Tunisie mise sur le médical pour sauver son tourisme

Afrique du Nord Alors que la jeune démocratie est touchée par une crise du tourisme, la branche santé attire les investisseurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.