Les mystérieuses sociétés offshore de Messi et Platini

La star du Barça et l’ex-dirigeant de l’UEFA possèdent chacun une société-écran à Panama

Rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que les deux hommes sont dans l’illégalité. Mais le doute s'insinue.

Rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que les deux hommes sont dans l’illégalité. Mais le doute s'insinue. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Parmi les noms de sportifs ou de dirigeants apparaissant dans les Panama Papers, on trouve celui de Lionel Messi, sacré meilleur joueur du monde à cinq reprises, ou encore de Michel Platini, dirigeant suspendu de l’UEFA. Rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que les deux hommes sont dans l’illégalité. Mais au vu des scandales dans lesquels tous deux se trouvent actuellement, le doute s’insinue.

La star du Barça sera jugée, avec son père, en mai à Barcelone pour une fraude fiscale d’environ 6,5 millions de dollars gagnés par des droits d’image. De l’argent caché au travers de sociétés offshore. Les Panama Papers montrent aujourd’hui que Messi et son père possèdent une autre société-écran à Panama, Mega Star Entreprise, qui n’apparaît pas dans les actes d’accusation espagnols. La première apparition de cette société dans les fichiers de Mossack Fonseca date du 13 juin 2013. Soit dix jours après que les Espagnols ont engagé des poursuites pour fraude contre les Messi. «Les accusations d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent sont fausses et diffamatoires», a assuré la famille Messi hier soir.

Platini dit être en règle

Suspendu durant six ans pour un versement litigieux de 2 millions de francs suisses reçus de Sepp Blatter, Michel Platini est, pour sa part, lié à une mystérieuse société offshore administrée par Mossack Fonseca au Panama. Cette société, Balney Enterprises Corp., a été créée en décembre 2007, moins d’un an après l’élection de Platini à la présidence de l’UEFA. Toujours active, elle détient un compte à la banque genevoise Eric Sturdza.

Dans un communiqué dimanche soir, Michel Platini a assuré que ses «affaires sont tout à fait légales». Et de préciser que «l’intégralité de ses comptes et avoirs sont connus de l’administration fiscale suisse, pays dont il est résident fiscal depuis 2007». Platini, habitant officiel de Genolier, a-t-il donc déclaré l’existence de sa société au fisc vaudois? Secret fiscal oblige, l’Administration cantonale des impôts est restée silencieuse. Mais selon les révélations des Panama Papers, elle n’exclut pas l’ouverture de procédures.

cellule-enquete@lematindimanche.ch

Créé: 04.04.2016, 20h31

Articles en relation

Une fiduciaire vaudoise a ouvert une offshore à un ex-chef de France Télévisions

Panama Papers Un compte ouvert à Samoa pour l’ex-chef de la publicité. Pour cacher quoi? Plus...

Blanchiment, corruption, la piste secrète passe par la Suisse

Panama Papers Des centaines de journalistes ont épluché les millions de données tirées d’une société de domiciliation offshore. Résultat: des chefs d’Etat, certains en exercice, des hauts dignitaires, des hommes d’affaires, mais aussi des criminels endurcis, ont monté des structures secrètes pour masquer des sommes gigantesques. En passant souvent par Zurich ou Genève. Explications Plus...

L'univers de Mossack Fonseca sur une carte interactive

Panama Papers Visualisez les centaines de milliers de sociétés des Panama Papers représentées en réseau Plus...

Qui se trouve dans les Panama Papers?

Visualisation Une application interactive expose en détail l’utilisation de sociétés offshore par des responsables politiques, leurs proches ou leurs associés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.