Passer au contenu principal

VenezuelaLe N°2 du Parlement met fin à sa grève de la faim

Incarcéré après le coup raté contre Maduro, Edgar Zambrano a cessé son refus de s'alimenter après dix jours.

Edgar Zambrano (gauche) en compagnie du chef de l'opposition Juan Guaido.
Edgar Zambrano (gauche) en compagnie du chef de l'opposition Juan Guaido.
AFP

Le vice-président du Parlement vénézuélien Edgar Zambrano, incarcéré le 8 mai pour son soutien au soulèvement militaire raté contre le président Maduro, a arrêté sa grève de la faim au bout de dix jours. Il a pu recevoir en prison la visite de sa famille.

Edgar Zambrano a décidé «la fin progressive de sa grève de la faim», a écrit sa femme, Sobella Mejias, sur son compte Twitter. Elle précise que son mari, détenu au QG des services de renseignement (Sebin), avait vu ses deux filles, sa petite-fille et son gendre.

Jeudi, le chef de l'opposition Juan Guaido, reconnu comme président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays, avait annoncé que M. Zambrano faisait la grève de la faim «pour les droits de tous les Vénézuéliens, de ses camarades enlevés avec lui et de tous les prisonniers politiques».

La Cour suprême de justice, que l'opposition accuse d'être à la solde du président en place Nicolas Maduro, a lancé des poursuites pénales contre Edgar Zambrano et 14 autres élus. Ces parlementaires sont accusés d'avoir soutenu la tentative d'insurrection militaire à l'appel de M. Guaido fin avril.

«Camarades enlevés »

A la demande de la Cour suprême, l'Assemblée constituante a levé leur immunité. M. Zambrano avait été arrêté à Caracas par des agents du Sebin. Il avait été placé en détention provisoire dans une prison militaire de la capitale. Les autres élus se sont réfugiés dans des résidences diplomatiques, se sont enfuis à l'étranger ou sont entrés dans la clandestinité.

Juan Guaido accuse le gouvernement socialiste de Nicolas Maduro de vouloir «bâillonner» l'Assemblée nationale, la seule institution vénézuélienne contrôlée par l'opposition. Des pourparlers entre les délégations du gouvernement de M. Maduro et de l'opposition se tiennent actuellement sur l'île de La Barbade pour tenter de résoudre la crise politique au Venezuela.

Selon l'ONG locale de défense des droits de l'homme, Foro Penal, il y a 589 «prisonniers politiques» au Venezuela, une qualification rejetée par Nicolas Maduro.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.