«Napoléon a perdu Waterloo mais gagné la bataille de la mémoire!»

FranceL’Europe, sauf la France réticente, commémore le bicentenaire de la bataille de Walterloo. Historiens et fans débattent encore: Napoléon fut-il un tyran ou un génie? L’éclairage de Xavier Mauduit.

Des acteurs rejouant la bataille de Waterloo à Braine-l'Alleud, en Belgique.

Des acteurs rejouant la bataille de Waterloo à Braine-l'Alleud, en Belgique. Image: Geert Vanden Wijngaert / AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Si la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende!» Xavier Mauduit, historien et animateur-producteur sur France Inter, connaît forcément cette maxime controversée. Mais dans son livre très remarqué sur Napoléon, il marie les deux: la réalité et la légende. Car le thème Napoléon ne peut «s’enfermer dans la période de son règne, durant les 15 ans où il est au pouvoir», explique-t-il. Non, chacun connaît son Napoléon: certains par Serge Lama, d'autres par Sacha Guitry, d'autres encore par le grand historien Jean Tulard. Interview d’un passionné qui n’hésite pas commencer son chapitre sur Waterloo par l’évocation de la fameuse chanson d’ABBA. Parce que Napoléon est multiple.

Waterloo, est-ce la bataille la plus importante. Celle qui aurait pu tout changer?

Elle est importante parce que c’est la dernière. C’est surtout la défaite militaire de Napoléon qu’on veut faire disparaître. Waterloo est aussi importante parce qu’elle préfigure la construction européenne. L’Europe entière et une partie de la France – les royalistes notamment – s’unissent contre Napoléon. C’est une première! Ils pensaient l’évincer mais ils échouent. Car au bout de quelques années, Napoléon va gagner la bataille de la mémoire à St-Hélène.

A quel moment, Napoléon commence à écrire sa légende?

Dès la première abdication de 1814, lorsqu’il dit adieu à la garde impériale à Fontainebleau, Napoléon leur lance: «J’écrirai ce que nous avons vécu!» Il comprend très vite qu’il ne peut pas gagner par les armes alors il fait rédiger le Mémorial. Napoléon dicte et il revisite tout ce qui s’est passé. Il n’explique pas, il écrit pour le futur. Il réécrit. Par exemple, il invente le fait qu’il a toujours été pour les peuples, qu’il voulait une espèce d’union européenne. Napoléon a perdu la bataille de Waterloo, c’est un fait. Il a gagné à Sainte-Hélène la bataille de la mémoire, celle du temps long. C’est pour cela qu’il est complexe et pas réductible au militaire.

La France est la grande absente des «festivités» du 200e anniversaire de la bataille de Waterloo. L’expliquez-vous?

La relation que nos dirigeants entretiennent avec Napoléon est très particulière. Nous n’avons pas célébré ses victoires et pas davantage ses défaites. Cela illustre bien que Napoléon ne pose pas problème mais interroge la France. D’autant qu’il est le chef fort, le sauveur, le grand homme, et la République a horreur de cette notion qui devrait être le contraire de sa nature.

L’homme providentiel et la république française, une vieille relation amour-haine?

Le régime napoléonien fait écho à celui de la Ve République. L’idée du pouvoir trace un fil conducteur qui va de Napoléon à Boulanger, à Pétain, à de Gaulle, à Mitterrand… C’est Jean Tulard, repris par Lionel Jospin, qui l’affirme. La France est dans cette ambiguïté: on a du mal à se positionner. C’est pour cela que les gens posent toujours ces mêmes questions: est-ce un génie? Est-ce un tyran? C’est un type complexe et les commémorations n’aiment pas la complexité.

Étonnamment, Napoléon est à l’honneur autant à l’étranger qu’en France?

C’est très juste. Napoléon a su faire plaisir aux Français, flatter leur orgueil. Il a construit son image et celle d’un pays glorieux. Bien que nous ayons un problème avec son histoire: c’est un dictateur qui a confisqué la révolution. Mais on l’aime bien. Nos grands écrivains aussi ont contribué à construire sa légende: Hugo, Stendhal ou Balzac en ont fait un grand républicain. Il a donné un sentiment de grandeur à la France. Le sentiment que quand on est une grande nation, tout est possible.

Et à l’étranger?

La gloire, ça parle à tout le monde. C’est compréhensible de tous. En Russie, il y a une véritable ferveur pour Napoléon comme en Chine d’ailleurs. Encore une fois le mythe de l’homme fort et dans des contextes, comme celui de la Révolution française de grande instabilité, de tous les possibles.

Comment expliquez-vous l’empreinte de Napoléon dans la culture populaire?

D’abord, une raison hyperfactuelle. Il a créé une image, une silhouette Napoléon. N’importe qui dans le monde, met un chapeau et sa main dans le gilet, et on lui dira: «Tu fais Napoléon!» Il a réussi à imposer la mise en scène de sa propre personne. Dès le début de son ascension, il a la compréhension qu’il ne doit pas être qu’un général, il veut être multiple. Chef de guerre, mais aussi mécène, législateur, et donc il se construit plusieurs images. Les écrivains romantiques vont encore accentuer ces images. Napoléon devient donc un personnage qui parle à tout le monde et qui évoque une foule de choses. Il est multi-usages... Desproges l’utilise dans la minute nécessaire de M. Cyclopède, comme Lamartine, Serge Lama, Jean Yanne ou encore Queneau dans Zazie.

L'Homme qui voulait tout: Napoléon, le faste et la propagande, de Xavier Mauduit, éd. Autrement.

Créé: 17.06.2015, 13h40

Galerie photo

Ils rejouent la défaite de Napoléon à Waterloo avec chevaux et armes

Ils rejouent la défaite de Napoléon à Waterloo avec chevaux et armes Le 18 juin 1815, les armées du duc de Wellington battaient celles de Napoléon à Waterloo, en Belgique. 197 ans plus tard, des passionnés occupent à nouveau le champ de bataille

Articles en relation

Le 18 juin 1815, la fin de Napoléon Bonaparte

Bataille de Waterloo Il y a 200 ans, la bataille de Waterloo mettait fin au règne de Napoléon et à 20 ans de guerre en Europe. Plus...

Sondage

Napoléon était-il un tyran ou un génie?

Un tyran

 
29.0%

Un génie

 
15.4%

Les deux

 
48.2%

Je n'ai pas d'avis

 
7.4%

1169 votes au total


Xavier Mauduit, historien et animateur-producteur sur France Inter. (Image: Bruno Klein)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.