Nasrin Sotoudeh, citoyenne d'honneur de Paris

Droits humainsCélèbre militante des droits humains, l'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh a été condamnée à des années de prison et des coups de fouet. La Ville de Paris soutient son courage sans faille.

Nasrin Sotoudeh a été récompensée en 2012 du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen.

Nasrin Sotoudeh a été récompensée en 2012 du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le conseil de Paris a voté à l'unanimité lundi la citoyenneté d'honneur à l'Iranienne Nasrin Sotoudeh, condamnée à 12 années de prison supplémentaires et 148 coups de fouet par Téhéran, alors qu'elle purge déjà une peine de cinq ans de prison.

«La Ville de Paris lui décerne la citoyenneté d'honneur en marque de soutien et d'admiration face à son courage sans faille et par ce geste, demande sa libération immédiate», est-il souligné dans un communiqué.

La Ville salue «la ténacité avec laquelle Nasrin Sotoudeh continue de défendre les libertés fondamentales et les droits des femmes» qu'elle juge «exemplaire et source d'inspiration».

Nasrin Sotoudeh, célèbre militante des droits humains de 55 ans, est emprisonnée depuis juin 2018 et n'a appris qu'après son emprisonnement qu'elle avait été condamnée à cinq ans de prison pour espionnage, selon un de ses avocats.

Le 12 mars son époux, Réza Khandan, a annoncé sa nouvelle condamnation. Il a indiqué que sa femme était poursuivie pour sept chefs d'accusation réunis en un seul et même dossier et avait été condamnée au total à 33 années de prison.

148 coups de fouet

Néanmoins, a-t-il précisé, «seule la peine [d'emprisonnement] la plus longue s'applique», en l'occurrence celle pour «incitation à la corruption et à la débauche», passible de dix ans de prison au maximum, mais portée à douze ans par le juge.

A cela s'ajoute, selon lui, une condamnation à 148 coups de fouet liée notamment au fait que Mme Sotoudeh s'était présentée au tribunal par le passé sans le voile islamique obligatoire pour les femmes dans l'espace public.

Récompensée en 2012 du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen, Mme Sotoudeh a défendu des opposants arrêtés lors de manifestations en 2009 et des femmes arrêtées pour avoir contesté le port du voile islamique en public.

Le 21 mars, la France a réclamé sa libération et averti Téhéran que la préservation de l'accord nucléaire ne constituait pas un «blanc-seing» en matière de droits de l'homme. (afp/nxp)

Créé: 01.04.2019, 20h28

Articles en relation

Paris demande à l'Iran de libérer l'avocate

Droits humains Célèbre militante des droits humains, l'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh a été condamnée à des années de prison et des coups de fouet. Plus...

La prison et le fouet pour une avocate iranienne

Droits de l'Homme La militante des droits de l'homme Nasrin Sotoudeh va passer dix ans supplémentaires en prison et recevoir 148 coups de fouet. Elle purgeait déjà une peine de cinq ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.