Nicolas Maduro contre-attaque sur le pétrole

VenezuelaLe président vénézuélien fait appel à la justice pour contrer l'offensive de Juan Guaido sur le pétrole national.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, soutenu par une cinquantaine de pays à l'Onu, dont la Russie, la Corée du Nord ou l'Iran, a fait appel à la justice jeudi pour contrer l'offensive de l'opposant Juan Guaido sur le groupe public pétrolier PDVSA.

La Cour suprême (TSJ), acquise au gouvernement selon l'opposition, a annoncé l'ouverture de poursuites pénales contre quinze dirigeants que le Parlement, présidé par Juan Guaido, venait de nommer la veille à la tête de PDVSA et de sa filiale aux Etats-Unis, Citgo.

Pour M. Guaido, reconnu par une cinquantaine de pays comme président par intérim du Venezuela, l'objectif est d'asphyxier économiquement le gouvernement de Nicolas Maduro, avec l'appui de Donald Trump.

Plusieurs chefs d'inculpation

De son côté, la Cour suprême estime que ces nouvelles directions de PDVSA et Citgo ont été nommées par un Parlement en «rébellion», dont les décisions sont «nulles». Et pour la justice, ces responsables, dont la plupart résident aux Etats-Unis, tombent sous le coup des chef d'inculpation d'«usurpation», de «corruption», de «délinquance en bande organisée» et de «terrorisme».

Quelques heures auparavant, le procureur général Tarek William Saab, un fidèle du pouvoir chaviste, avait annoncé se pencher sur leur cas. «Nous avons ouvert une enquête sur les citoyens nommés anticonstitutionnellement comme directeurs de PDVSA et de Citgo (...) pour usurpation de pouvoir», avait-il déclaré.

Selon M. Saab, le ministère public lançait «une série d'enquêtes» face à l'«escalade qui a débuté avec l'usurpation illicite de la présidence de la République», lorsque l'opposant Juan Guaido s'est déclaré président par intérim le 23 janvier.

L'enquête vise également les «ambassadeurs fantômes» désignés de «manière illégale» par le Parlement, contrôlé par l'opposition, indiquait le magistrat. M. Saab dénonçait une conspiration «contre la paix civile» au Venezuela et prévenait ceux qui accepteraient ces nominations, ainsi que contre Juan Guaido, qu'ils subiraient des «conséquences».

Pilier de l'économie

Le Parlement, seule institution au Venezuela acquise à l'opposition, a aussi nommé des représentants diplomatiques dans une dizaine de pays parmi ceux qui ont reconnu Juan Guaido, notamment les Etats-Unis. «Tout cela est une farce (...) un cirque monté pour piétiner notre Constitution», réagissait le procureur général. Il avait déjà annoncé le 29 janvier l'ouverture d'une enquête préliminaire contre Guaido pour «atteinte à la paix de la République».

L'opposant a également interdiction de sortir du pays, selon une décision de la Cour suprême. Et le Bureau du contrôleur financier a ouvert une enquête administrative sur son patrimoine pour financement illégal présumé, notamment international.

PDVSA, pilier de l'économie vénézuélienne, est la cible de sanctions de la part des États-Unis. Washington a annoncé le 28 janvier le gel de sept milliards de dollars d'actifs du groupe pétrolier, auquel il a interdit toute transaction avec des entités américaines. Les raffineries de Citgo pourront toutefois continuer à fonctionner, les transactions financières passant par un compte bloqué, avait indiqué Washington.

Réunion du groupe de Lima le 25 février

Le 1er février, le Trésor américain a également annoncé que les entités étrangères qui commercent avec PDVSA devraient cesser d'utiliser le système financier américain à partir du 28 avril. Caracas estime que les dommages causés à l'économie par le «blocus américain» s'élèvent à 30 milliards de dollars.

A New York jeudi, le chef de la diplomatie vénézuélienne Jorge Arreaza, entouré de diplomates d'une quinzaine de pays, dont la Russie, la Corée du Nord ou l'Iran, a annoncé la création d'un groupe à l'ONU pour défendre «les principes de la Charte des Nations unies», actuellement «violés», selon eux. L'ambassadeur palestinien à l'ONU Riyad Mansour a précisé qu'au total une cinquantaine de pays faisaient partie de ce nouveau groupe, sur les 193 nations composant l'organisation.

Dans le camp d'en face, Bogota a indiqué jeudi soir que le Groupe de Lima, qui compte 14 pays membres d'Amérique latine et le Canada, se réunirait le lundi 25 février dans la capitale colombienne pour confirmer son soutien à l'opposant Juan Guaido.

Onze de ses 14 membres ont alors appelé à un changement pacifique de gouvernement au Venezuela et exhorté l'armée, pilier du régime, à reconnaître Juan Guaido, ainsi qu'à laisser entrer l'aide humanitaire, afin de compenser les pénuries d'aliments et de médicaments dont souffre la population. (afp/nxp)

Créé: 15.02.2019, 02h25

100 millions de dollars d'aide promis (Bolton)

Vingt-cinq pays ont promis 100 millions de dollars d'aide au Venezuela, où sévissent des pénuries et la dénutrition, a annoncé jeudi le conseiller à la sécurité américain John Bolton. L'annonce a été faite après une conférence de l'Organisation des Etats américains (OEA) à Washington.

Concert humanitaire en Colombie pour faire pression sur Maduro

Un grand concert est prévu le 22 février à Cucuta, ville colombienne à la frontière du Venezuela, par le milliardaire britannique Richard Branson pour lever des fonds à destination de la population vénézuélienne et faire pression sur le régime de Nicolas Maduro.

Articles en relation

Le TF se prononce sur un serveur lié au Venezuela

Suisse Une compagnie pétrolière vénézuélienne a déposé une plainte pénale le 9 février de l'an dernier. Le Ministère public genevois enquête. Plus...

Cuba fait état de troupes US dans les Caraïbes

Crise au Venezuela Des troupes américaines, actuellement dans les Caraïbes, seraient en train de préparer une opération militaire contre le Venezuela, selon le ministère cubain des Affaires étrangères. Plus...

Guaido resserre l'étau économique sur Maduro

Venezuela Une nouvelle direction pour la filiale américaine de la compagnie nationale de pétrole a été nommée par l'opposant de Maduro. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.